Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Vignoble nantais : vers une récolte historiquement faible sur le muscadet

Par

Le cru 2021, compromis par les épisodes de gel et de pluie, se fait attendre. Avant les vendanges prévues mi-septembre, ingénieurs viticoles et vignerons surveillent la qualité de la production. Mais ils savent déjà que les volumes risquent d'être jusqu'à 70% plus faibles qu'une année ordinaire.

La production de vin en 2021 promet d'être historiquement faible autour de Nantes. La production de vin en 2021 promet d'être historiquement faible autour de Nantes.
La production de vin en 2021 promet d'être historiquement faible autour de Nantes. © Radio France - Sarah Mansoura

Depuis le printemps, les bourgeons sont surveillés comme le lait sur le feu. Depuis quelques semaines, c'est avec une certaine fébrilité que nombre de viticulteurs de Loire-Atlantique observent, tâtent et tentent de jauger la qualité de leurs grappes de raisin. Après de rudes épisodes de gel dans le vignoble et dans les vergers du pays nantais, contre lesquels il a fallu lutter tant bien que mal, avec les moyens du bord , il est bientôt l'heure de faire le bilan de la production de vin. Et si la qualité ne devrait pas être entamée, il est certain que la quantité le sera.

Publicité
Logo France Bleu

Une production en baisse de 70%

"On estime que sur le vignoble nantais, la production viticole va baisser d'environ 70%", résume Florent Banctel, conseiller viticole à la Chambre d'Agriculture des Pays-de-la-Loire. En cause, les épisodes de gel, qui ont très durement touché le vignoble au printemps, et particulièrement au mois d'avril. "Le principal problème, c'est qu'on n'a plus d'hiver ou très peu d'hiver", se désole Hervé Choblet, producteur de muscadet Côtes de Grand-Lieu, près de Nantes. Et c'est une affaire de dérèglement climatique, selon le viticulteur. "La vigne redémarre très tôt, et ensuite il suffit d'un épisode de froid au mois d'avril ou mai, et la récolte est touchée", résume-t-il. 

Le vignoble nantais a été particulièrement touché par le gel des bourgeons au printemps. © Radio France - Sarah Mansoura

Dans son exploitation à Bouaye, le vigneron parie tristement sur une perte de "plus de 50%, certainement", à l'heure des vendanges, mi-septembre. Pour l'instant, les grappes qui sont là se présentent plutôt bien. On espère maintenant avoir une fin d'été plutôt sereine au niveau de la météo". Plutôt sereine, ce serait pour lui un franc soleil, et un vent d'est "pour assécher au maximum" et éviter de craindre le mildiou, ce champignon qui s'attaque aux fruits et à la vigne. 

Problème d'hétérogénéité sur les ceps

Alors dès le début du mois de septembre, producteurs et conseillers viticoles de la Chambre d'Agriculture des Pays-de-la-Loire vont procéder aux traditionnels contrôles de maturité. Des contrôles pour s'assurer du stade de maturité des grappes, qui serviront à évaluer "la période la plus propice pour le début des vendanges", explique Florent Banctel. Pour le conseiller viticole, elle devrait démarrer autour du 15 septembre, soit ni trop tôt, ni trop tard. 

On a parfois deux ou trois générations de bourgeon sur un même cep

Le principal problème des vignerons maintenant, c'est l'hétérogénéité des ceps. Du mûr, du pas mûr... Bref, de quoi poser quelques soucis aux viticulteurs, qui seront embêtés pour savoir quand déclencher la récolte. Elle risque, selon les pieds de vigne, d'être à la fois trop précoce et trop tardive. Il faudra "faire des choix", résume Florent Banctel. Hervé Choblet, lui, décrit la même situation : "On a parfois deux ou trois générations de bourgeon sur un même cep", confirme le vigneron qui espère que "cela va se lisser" avec le beau temps de septembre. S'il daigne revenir. 

Une exploitation de Bouaye, en Loire-Atlantique. © Radio France - Sarah Mansoura.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu