Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Villefranche-de-Rouergue crée des pigeonniers municipaux pour réguler la population d'oiseaux

-
Par , France Bleu Occitanie

Face au "fléau" des déjections, du bruit, et des plumes, la municipalité de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) installe deux pigeonniers municipaux pour contrôler la population d'oiseaux, et réguler les naissances.

La mairie estime qu'il y a environ 5.000 pigeons à Villefranche-de-Rouergue.
La mairie estime qu'il y a environ 5.000 pigeons à Villefranche-de-Rouergue. © Maxppp - HARISH TYAGI

C'est une initiative originale que s'apprête à mener la mairie de Villefranche-de-Rouergue. D'ici fin novembre, la commune aveyronnaise va installer deux pigeonniers dans la ville, en haut de la collégiale, et au théâtre de verdure.

Le but : réguler la population de pigeons, "mais pas les éradiquer" explique Jean-Marie Bugarel, le conseiller municipal en charge de la condition animale. Il faut dire que selon les termes de l'élu, ces oiseaux qui sont devenus un "fléau" pour les habitants. Selon les estimations, il y a environ 5.000 pigeons dans la ville ! Avec toutes les nuisances qui vont avec, explique l'élu : "ça touche à la salubrité. C'est-à-dire les déjections, et les maladies que les pigeons peuvent transmettre, notamment les jours de marché. Ça touche aussi au bruit, aux plumes qui bouchent les gouttières, aux rues qui sont sales, et aux cadavres qui tombent parfois."

Pour lutter, la mairie de Villefranche-de-Rouergue avait jusque là installé un couple de rapaces en haut de la collégiale. Ils tuent des pigeons tous les jours, mais c’est très insuffisant. 

"Claquer" les œufs pour limiter les naissances

L’idée désormais, c’est donc de capturer les oiseaux, pour les installer dans ces pigeonniers explique Jean-Marie Bugarel : "On les y laisse enfermés quinze jours, le temps qu'ils prennent leurs marques. Au bout de quinze jours, on leur laisse la liberté des allées et venues. Mais ils auront tout intérêt à rester dans ces pigeonniers, parce qu'ils auront à manger et à boire, et ils seront soignés". Un hébergement gîte et couvert qui devrait attirer rapidement d'autres pigeons.

Une fois les oiseaux "fixés" dans les pigeonniers, réguler la population se fait très simplement : les employés d’une société spécialisée viendront régulièrement "claquer" certains œufs, c’est-à-dire les secouer. Une méthode qui empêche les éclosions, et qui limitera les naissances petit à petit.

Les premiers effets devraient être visibles d’ici deux ans. La mairie va dans le même temps demander des efforts de nettoyage aux propriétaires privés, pour éradiquer les pigeonniers sauvages dans les greniers, ou les maisons abandonnées.

Ces deux premiers pigeonniers municipaux vont donc ouvrir d’ici la fin de l’année, mais deux autres sont déjà en projet, pour un peu plus tard.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess