Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Y a-t-il des meutes de loups en Lozère ?

-
Par , France Bleu Gard Lozère

La coordination rurale de Lozère affirme détenir des clichés nocturnes prouvant la menace des meutes de loups en Lozère.

Deux loups, ensemble, ont été photographiés les 11 et 12 juin 2019, dates qui figurent sur les photos, sur le secteur de Pelouse ! affirme Alain Pouget, de la Coordination rurale 48.
Deux loups, ensemble, ont été photographiés les 11 et 12 juin 2019, dates qui figurent sur les photos, sur le secteur de Pelouse ! affirme Alain Pouget, de la Coordination rurale 48.

Lozère, France

Photos à l'appui, la coordination rurale dénonce l'installation de meutes de loups en Lozère. Les preuves : des clichés provenant d'un piège photo pour sangliers, prises dans le secteur où l'attaque a eu lieu.  Deux loups, ensemble, ont été photographiés les 11 et 12 juin 2019, dates qui figurent sur les photos, sur le secteur de Pelouse, affirme Alain Pouget, de la coordination rurale 48. La photo a été remise à la préfecture et à l’office national de la chasse et de la faune sauvage du département. Pour la préfète du département Christine Wills Morel cette photo ne prouve rien en l’état : "D’abord elle est un peu floue donc c’est très difficile d’affirmer qu’il s’agit bel et bien de Loup, mais je ne suis pas une spécialiste je laisse donc aux experts le soin de tirer des conclusions".  Pour la préfète de La Lozère il n’y a pas de preuves de l’existence d’une meute en Lozère

Le reportage de Said makhloufi

57 meutes constituées en France

L'ONCFS estimait dans son bulletin de suivi de juin 2018 qu'il existait 57 meutes constituées en France et 15 zones de présence permanente du loup avec uniquement des individus seuls ou en couple. 4 de ces meutes sont implantées dans la Drôme, 6 dans des zones limitrophes de l'Isère, des Hautes-Alpes et du Vaucluse. L'expansion de l'animal se poursuit avec 85 zones de présence permanente (ZPP), dont 72 meutes, selon le bilan estival publié par le réseau loup-lynx de l'ONCFS (le bilan précédent relevait 74 ZPP dont 57 meutes). «Au vu de l'évolution des données issues du suivi hivernal 2017/2018 et du suivi estival 2018, il est probable que l'estimation de l'effectif en sortie d'hiver 2018/2019 dépasse les 500 loups», estime l'ONCFS, qui rappelle que «ce chiffre correspond à un premier seuil de viabilité démographique».

Le loup exterminé par l’homme a disparu du territoire en 1937. 

Menacée alors de disparition sur tout le continent européen, la bête devient une espèce protégée en 1979, avec une convention signée à Berne, en Suisse, qui interdit désormais de la tuer. C’est depuis l’Italie, où il continuait à vivre, que le loup regagne les Alpes françaises. En 1992, deux loups sont observés pour la première fois dans le Mercantour. Quelques années plus tard, ils sont une trentaine et gagnent progressivement les Pyrénées, les Vosges et le massif central.

12 500 brebis tuées en 2018 pour une population officielle de 500 loups 

De son côté, l’État met en place le Plan national d’actions sur le loup et les activités d’élevage. Il indemnise les éleveurs, aide à la protection et fixe un quota de bêtes à éliminer, soit 10% chaque année pour limiter sa progression. En 2018, environ 12 500 brebis sont cependant tuées pour une population officielle de 500 loups. Dans les prochaines années, tout le territoire français pourrait être colonisé.

La justice européenne encadre strictement la chasse au loup 

Les défenseurs de l'environnement et des espèces protégées ont salué une décision de la Cour de justice de l'UE (CJUE) qui souligne que les dérogations à la chasse au loup sont strictement encadrées. La justice européenne se prononçait sur le cas de sept loups en Finlande, pour lesquels l'Office local de la faune sauvage avait délivré une autorisation d'abattage à des chasseurs, dans le cadre d'une opération de contrôle de la population. 

Cette décision était contestée par une ONG finlandaise qui a porté l'affaire devant un tribunal local, qui a lui-même sollicité l'avis de la CJUE. 

Dans son arrêt, la juridiction établie à Luxembourg explique que la directive de l'UE sur la conservation des habitats et la lutte contre le braconnage doit être interprétée "en ce sens qu'(elle) s'oppose à l'adoption de décisions accordant des dérogations à l'interdiction de mise à mort intentionnelle du loup". 

Des dérogations sont possibles mais seulement sous certaines conditions très précise. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu