Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Puy-de-Dôme : l'eau du robinet est conforme à la réglementation pour 97% des consommateurs

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

La 4e édition de la carte interactive de l’eau du robinet confirme que la plupart des Français reçoivent une eau conforme aux critères réglementaires. Dans le Puy-de-Dôme, 97% des consommateurs ont accès à une eau de qualité, 3% en revanche soit 15.000 personnes boivent une eau non conforme.

97% des Puydômois ont accès à une eau conforme à la réglementation
97% des Puydômois ont accès à une eau conforme à la réglementation © Radio France - Thomas Pontillon

Plus de 98% des français consomment une eau conforme à la réglementation. L’étude par l’UFC-Que Choisir des analyses de la qualité de l’eau du robinet de la totalité des communes de France métropolitaine, sur la base des relevés des Agences régionales de santé, démontre que sa conformité aux critères réglementaires s’améliore nettement. Désormais, 98 % des consommateurs ont accès à une eau conforme à la totalité des critères sanitaires, soit une progression de plus de deux points par rapport à la précédente étude de 2017. 

S’agissant des grandes villes, on peut attribuer cette amélioration à la fermeture des réseaux de distribution contaminés par les pesticides et, dans le cas des plus petites communes, au transfert des compétences sur l’eau aux intercommunalités (loi NOTRe), ce qui a permis de financer une meilleure dépollution des eaux. Alors que la pollution des rivières et nappes phréatiques reste toujours aussi élevée, cette amélioration est également  attribuable à la coûteuse amélioration des procédés de "potabilisation" de l’eau, intégralement payée par les consommateurs.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Taux d'arsenic trop élevé dans 14 communes du Puy-de-Dôme

Dans le département du Puy-de-Dôme, l'étude de l'UFC-Que Choisir montre que 97% des consommateurs du département bénéficient d'une eau du robinet conforme à la réglementation, à noter que c'est 1% de moins qu'au niveau national. En revanche, 3% des Puydômois reçoivent une eau polluée en arsenic. 

Cela représente 15.000 consommateurs répartis essentiellement dans 14 petites communes rurales des Combrailles et du Livradois (Celles-sur-Durolle, Charensat, Dorat, Escoutoux, Fernoël, Herment, Noalhat, Paslières (2), Prondines, Sauvagnat-près-Herment, Saint Eloy-les-Mines, Saint Victor Montvianeix , Viscontat). Une contamination naturelle qui s'explique par la nature du sous-sol riche en arsenic. Ce qui nous rappelle que certaines stations thermales comme la Bourboule doivent leur succès à leurs eaux chargées en arsenic ! 

Des préconisations pour faire mieux

Pour remédier à ces taux trop élevés d'arsenic dans leurs réseaux d'eau, le président de l'UFC-Que Choisir du Puy-de-Dôme, Daniel Bideau, préconise aux syndicats de gestion de l'eau et d'assainissement concernés de prendre des mesures comme l'abandon de certaines ressources en eau ou la connexion à des réseaux voisins exempts d'arsenic. 

Montré du doigt dans cette enquête de l'association de consommateur, le Syndicat intercommunal eau et assainissement rive droite de la Dore reconnait des taux d'arsenic parfois légèrement plus élevés que la norme autorisée, surtout en période d'étiage - c'est-à-dire l'été - quand le niveau des eaux est plus bas et que le mélange des eaux se fait moins bien. 

Son directeur Guillaume Dauphant fait remarquer qu'en une trentaine d'années, l'Agence régionale de santé a abaissé de 50 à 10 microgrammes par litre le taux d'arsenic autorisé. Afin de se retrouver en conformité avec les exigences de l'ARS, le syndicat rive droite de la Dore va arrêter le captage d'eau dans deux sources de montagne trop riches en arsenic. "C'est dommage car leurs eaux sont d'excellente qualité, à la place nous allons puiser de l'eau dans une nappe phréatique de rivière ou de fleuve qui aura une qualité moindre souvent moins appréciée des consommateurs."   

Nombre de molécules recherchées en moyenne sur la région Auvergne-Rhône-Alpes
Nombre de molécules recherchées en moyenne sur la région Auvergne-Rhône-Alpes - UFC-Que Choisir

D'importantes disparités d'un département à l'autre

Si la quatrième édition de la carte interactive de l’eau du robinet confirme que la plupart des Français reçoivent une eau conforme en tous points aux critères réglementaires, elle met en revanche en lumière les carences de la réglementation et des mesures de gestion locales en matière de pesticides et de perturbateurs endocriniens. Au vu de ces résultats, l’UFC-Que Choisir et Générations Futures s’associent pour demander une interdiction des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens, ainsi qu’un renforcement urgent par le ministère de la Santé des exigences en matière d’analyses de pesticides devant être impérativement réalisées par les Agences Régionales de Santé. 

Toutes les molécules ne sont pas recherchées

Les deux associations pointent les limites des analyses officielles. Alors que plus de 750 molécules différentes de pesticides et de leurs dérivés sont susceptibles de se retrouver dans l’eau potable, seulement 206 sont en moyenne recherchées, avec d’inacceptables disparités locales. La fourchette va de 12 dans l'Aisne à 609 dans le Var. En l'absence de directives précises au niveau national, l'Agence régionale de santé du département du Puy-de-Dôme ne fait rechercher que 96 molécules de pesticides, alors que l'Allier en recherche 146, le Cantal 158 et la Haute-Loire 193. 

L’UFC-Que Choisir et Générations futures invitent donc chacun à consulter la carte interactive de l’eau du robinet qui est en accès libre pour vérifier la qualité de son eau potable et constater où se situe leur département dans la recherche de pesticides. Les consommateurs sont appelés à soutenir la pétition lancée en ce sens accessible en ligne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess