Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dix hectares parcourus par les flammes sur le baou des Quatre Oures à Toulon

-
Par , France Bleu Provence

Un incendie en passe d'être maîtrisé s'est déclenché peu après 13h ce jeudi au niveau du vallon des bonnes herbes à Toulon. Une dizaine d'hectares ont déjà été parcourus et de gros moyens humains et aériens sont déployés sur place. Un feu dont l'origine parait suspecte.

4 canadairs effectuent une rotation au dessus de la rade de Toulon
4 canadairs effectuent une rotation au dessus de la rade de Toulon © Radio France - C. Marquès

Toulon, France

Plus d'une centaine de pompiers intervient depuis le début de l'après-midi ce jeudi sur le baou des Quatre Oures à Toulon pour tenter de venir à bout d'un incendie qui a déjà parcouru 10 hectares. Pas d'habitation menacée. Le secteur est très difficile d'accès. Les moyens humains sont appuyés par des engins aériens depuis le début de l'après-midi. L'origine de ce départ de feu, qui reste à déterminer, parait néanmoins suspecte.

Frapper vite et fort, c'est un peu la philosophie face aux départs de feu. D'importants moyens humains convergent donc immédiatement sur les lieux.  Mais l'urgence, c'est l'arrivée des engins aériens. Deux trackers et deux hélicoptères bombardiers d'eau ont laissé leur place à quatre Canadair, capables de faire des largages bien plus importants, afin d'étouffer le feu, qui, une fois maîtrisé, est noyé pendant plusieurs heures par les pompiers sur le terrain. 

Des pompiers qui tirent des longueurs de lance extrêmement importantes, car le secteur est très difficile d'accès pour les engins. Un travail très pénible, mais nécessaire pour éviter toute reprise. C'est en effet le risque face à la sécheresse ambiante. 

La localisation pose évidemment question et l'origine parait pour le moins suspecte d'autant que l'été dernier, au même endroit, un feu s'était également déclenché, tout comme cet hiver.