Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

10 postes de policiers en moins dans l'Eure au 1er septembre : les syndicats inquiets

lundi 30 juillet 2018 à 4:12 Par Olivia Cohen, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Les policiers de l'Eure vont perdre 10 postes au 1er septembre 2018 et tirent la sonnette d'alarme sur le manque d'effectifs.

Les policiers de l'Eure tirent la sonnette d'alarme
Les policiers de l'Eure tirent la sonnette d'alarme © AFP - Robert François

Val-de-Reuil, France

Les policiers de l'Eure tirent la sonnette d'alarme. Ils vont perdre 10 postes au 1er septembre 2018 et ne sont déjà pas assez nombreux pour assurer leur mission de service public. Entre septembre 2009 et septembre 2017, ils sont passés de 372 à 271 policiers, soit une centaine de moins en 9 ans. 

"Le problème, c'est que le département de l'Eure n'est pas assez attractif aux yeux de certains collègues", explique Johann Maugé, secrétaire départemental pour le syndicat unité SGP Police - Force ouvrière, "car ici, _pas de prime de fidélisation_".

Les collègues préfèrent postuler dans les départements limitrophes où ils touchent cette prime - Johann Maugé, secrétaire départemental unité SGP Police - FO

Résultat, les policiers n'ont plus envie de vivre des situations comme ce qui s'est passé dans la nuit du 13 au 14 juillet à Val-de-Reuil. Le commissariat a été visé par des tirs de mortier et trois agents seulement étaient en service pour faire face à une cinquantaine d'assaillants. Il a fallu appeler la gendarmerie en renfort.

Comment les policiers peuvent assurer la sécurité s'ils ne se sentent pas en sécurité ? - Johann Maugé

Certes, une baisse générale de la délinquance a été constatée entre 2017 et 2018 à Val-de-Reuil. Exemple : un tiers d'atteintes aux biens en moins, les escroqueries ont diminué de moitié. Sauf que ça ne durera pas selon Frédéric Desguerre, secrétaire régional d'Unité SGP-Police : "Veut-on un effet d'annonce suivi d'une baisse d'effectifs ou veut-on une baisse de la criminalité pérenne ? Pour ça, il faut des gens pour faire tourner les commissariats. Ce qui va se passer dans l'Eure va faire boule de neige, d'autres départements normands vont suivre ce chemin !"

Rien qu'au commissariat de Val-de-Reuil, les troupes ont fondu de moitié en dix ans : ils étaient 96 policiers en 2009 contre 58 cette année.