Faits divers – Justice

Tribunal de Pau : 100.000 euros d'amende pour Pierre Clède, condamné pour abus de faiblesse

Par France Bleu et Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu jeudi 13 octobre 2016 à 21:01 Mis à jour le jeudi 13 octobre 2016 à 21:37

La salle d'audience du tribunal correctionnel de Pau
La salle d'audience du tribunal correctionnel de Pau © Radio France - Daniel Corsand

L'ancien président du Pau FC et du FC Oloron a écopé d'une très lourde amende ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Pau. Il a été reconnu coupable d'avoir abusé de la sénilité d'une dame de 92 ans en tentant d'acheter son appartement.

Le tribunal correctionnel de Pau a condamné Pierre Clède à 100 000 euros d'amende. Une grosse somme donc, pour avoir abusé de la faiblesse d'une vieille dame de 92 ans Il a tenté de lui acheter son appartement cossu de 320 m² en centre-ville de Pau alors que la dame souffrait de la maladie d'Alzheimer. Le procureur de la République s'est opposé à cette vente et a engagé des poursuites. Pierre Clède, 74 ans, est expert comptable radié, et ancien président du Pau FC et du FCO. Il a déjà été condamné par ce tribunal pour des affaires de conduite sans permis, de fraude fiscale, et de dénonciation calomnieuse. Et pourtant il ne semble pas avoir tiré les bons enseignements.

Il n'a pas voulu d'avocat

Au fond, Pierre Clède ne comprend pas pourquoi on lui fait un procès. Dans sa logique, il n'a donc pas besoin d'un avocat. Et pourtant il avait des arguments à faire valoir, quand il explique que l'affaire n'était pas si désavantageuse que cela pour la vieille dame, et qu'il y avait un notaire dans la transaction qui n'a, bizarrement d'ailleurs, rien trouvé à redire. Seulement Pierre Clède n'est pas avocat. Ou plus exactement il est le pire des avocats en s'en prenant à l'institution judiciaire et au procureur en particulier. Pierre Clède lui dit à l'audience : "Vous lui avez fait rater une très bonne affaire. C'est à cause de vous qu'elle a perdu la tête". A la fin de sa plaidoirie improvisée, Pierre Clède se permet même de demander des dommages et intérêts au procureur. Le président lui répond : "mais vous ne pouvez pas ! C'est vous le mis en cause". Pierre Clède ne se démonte et répond : "alors j'inverse !"

Un procureur déterminé

Jean Christophe Muller, le procureur, ne le rate pas dans ses réquisitions : "vous êtes un Robin des bois qui vole aux riches mais qui garde tout pour lui". Il souligne la vulnérabilité de cette vieille dame "restée au temps de la marine à voile". Il se permet même le bon mot : "faut pas pousser", sans terminer sa phrase, compte tenu du grand âge de la victime.

Le tribunal a également prononcé une interdiction de gérer une entreprise pendant 5 ans et accordé 2 000 euros à la vieille dame pour son préjudice moral. Celle ci n'a pas assisté à ce procès que de toute manière elle aurait eu du mal à suivre.

Partager sur :