Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

11 personnes déférées après l’agression filmée des policiers à Champigny-sur-marne le soir du Nouvel An

jeudi 12 avril 2018 à 20:31 Par Valentin Dunate, France Bleu Paris et France Bleu

Les images de la gardienne de la paix, rouée de coups, avaient fait le tour des réseaux sociaux et provoqué l'indignation. Plus de trois mois après ce lynchage le 1er janvier à Champigny-sur-Marne, 11 personnes ont été présentées à un juge d'instruction ce jeudi en vue de leur mise en examen.

Laure Beccuau, Procureure de la République de Créteil. 12/04/18
Laure Beccuau, Procureure de la République de Créteil. 12/04/18 © Radio France - Valentin Dunate

Créteil, France

La procureure de la République de Créteil, Laure Beccuau a tenu une conférence de presse ce jeudi, deux jours après l’interpellation de 14 personnes âgés de 16 à 20 ans en région parisienne et dans l’Eure. Pendant trois mois, dix policiers ont travaillé quasiment à plein temps pour déterminer qui avait roué de coup les deux policiers, qui avait filmé et qui n'était pas intervenu. 

L'enquête n'est pas terminée 

A l'issue de ce travail de fourmi : 150 policiers sont donc intervenus mardi. Sur les 14 interpellés, trois ont été relâchés, six sont soupçonnés d'avoir porté des coups (trois ont avoué), deux d'avoir filmé et diffusé la scène, enfin les trois autres sont accusés de non-assistance à personne en danger. L'enquête, elle, n'est toujours pas terminée puisque "l'intégralité des mises en causes" n'ont pas tous été interpellés. 

Séquelles psychologiques pour la policière de 25 ans 

La procureure de la république de Créteil a également donné des précisions sur l'état de santé de la gardienne de la paix de 25 ans en insistant sur les séquelles psychologiques. "Se voir en continu sur les réseaux sociaux n'a pas été pour rien dans le préjudice qu'elle doit affronter désormais". En effet, trois mois après les faits, elle n'a toujours pas repris le travail.