Faits divers – Justice

"12,24,72" : le prétendu nouveau défi des adolescents sur internet qui inquiète les adultes

Par Marina Cabiten, France Bleu mardi 28 avril 2015 à 16:02

Le "12,24,72" : pour l'instant une rumeur, mais prise au sérieux par les adultes
Le "12,24,72" : pour l'instant une rumeur, mais prise au sérieux par les adultes © MaxPPP

Depuis quelques semaines, le "12,24,72" inquiète des parents sur les réseaux sociaux. Il s'agirait d'un défi lancé entre adolescents sur internet, et consistant à fuguer 12, 24 ou 72 heures sans donner aucune nouvelle. Même si rien ne prouve aujourd'hui que ce jeu existe, la police veille.

"12, 24, 72" : c'est le nom d'un supposé défi pour adolescents qui circule sur internet. Depuis quelques semaines il inquiète les parents, et aussi la police. Même si rien ne prouve son existence à ce jour. 

Un faux défi inventé sur les réseaux sociaux ?

12, 24 ou 72, c'est le nombre d'heures que l'adolescent s'engage à disparaître s'il relève ce challenge, sans donner aucune nouvelle. Le but de ce qu'on appelle aussi le jeu des 72 heures est donc tout simplement de fuguer, en laissant son portable à la maison. Les jeunes se lanceraient ce défi via les réseaux sociaux et notamment Facebook.

Mais pour l'instant, rien ne prouve que ce jeu existe. "Pour moi, c'est tout bonnement un hoax" affirme Pascale Bathany, vice-présidente de l'association Assistance et recherche de personnes disparues (ARPD). " Les messages observés sur Facebook viennent uniquement de parents appelant à la vigilance."

Capture d'écran d'un post Facebook où des adultes appellent à la vigilance au sujet du "12,24,72"

À ce jour, une seule jeune fille dans le Nord a déclaré à la justice que c'est pour ce jeu qu'elle avait quitté son domicile trois jours sans donner signe de vie. Mais le parquet de Valenciennes enquête toujours, et un homme de 63 ans avec lequel cette adolescente a entretenu une relation est suspecté d'être impliqué dans cette disparition. 

Nouvelle mode ou rumeur, le "12,24,72" est de toute façon pris au sérieux

Malgré l'absence de preuve que cette nouvelle mode est réelle, la police s'est inquiétée dans une note rédigée il y a une dizaine de jours. Le risque selon Pascale Bathany, c'est "qu'à force d'entendre parler de ce prétendu jeu les ados finissent par le mettre en pratique pour de bon" . Et qu'ils compliquent ce travail déjà très laborieux qui est de faire la part des choses entre les fugues d'adolescence, et les disparitions inquiétantes.