Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A 12 ans, elle invente une agression pour ne pas se faire gronder par ses parents

mercredi 6 août 2014 à 21:17 Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme Ardèche

Une fillette de 12 ans a inventé une histoire d'agression sexuelle à Guilherand-Granges, en Ardèche. Elle avait perdu le porte-monnaie de sa mère et ne voulait pas se faire réprimander. L'affaire a mobilisé les policiers durant trois jours. Pour rien.

Une voiture de police - image d'illustration
Une voiture de police - image d'illustration © Stéphane Milhomme - Radio France

L'affaire remonte à samedi en fin d'après-midi. La fillette de 12 ans perd le porte-monnaie confiée par sa mère. Elle a peur de se faire disputer en rentrant. Alors elle jette son sac et elle se présente avec l'air paniquée à l'hypermarché Auchan de Guilherand-Granges (Ardèche). Elle dit qu'un homme l'a menacée avec un couteau, l'a poussée dans un buisson et dérangé par des piétons qui s'approchent, l'agresseur finit par s'enfuir en lui arrachant son sac.

Mensonge découvert grâce à la vidéosurveillance

Évidemment, les policiers prennent les déclarations de la fillette au sérieux. Des enquêteurs sont détachés sur l'affaire. C'est grâce à l'exploitation des images des caméras de surveillance des magasins qu'ils découvrent le gros mensonge. Elle apparaît seule sur les lieux supposés de l'agression. Convoquée au commissariat ce mercredi, elle a fini par avouer. Tout était faux.

Ce n'est pas la première adolescente qui raconte des histoires. Mais ce type de mensonge coûte cher en temps et en argent souligne le commandant Thévenot, de la police de Guilherand-Granges.

Mensonge d'ado son 1

La jeune ardéchoise ne sera pas poursuivie mais elle qui voulait éviter de se faire gronder n'a pas échappé à une sévère réprimande.