Infos

122 poussettes contrefaites saisies au préjudice d'une entreprise aixoise

Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence mercredi 19 octobre 2016 à 17:41

Des poussettes contrefaites saisies
Des poussettes contrefaites saisies - Douanes françaises

122 poussettes contrefaites ont été saisies dans un centre de tri de La Poste en région parisienne depuis le début du mois de septembre. Des copies de la marque "Yoyo" développée par une société basée à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).

122 poussettes "Yoya" contrefaisant la marque "Yoyo" de la société Babyzen basée à Aix-en-Provence ont été saisies depuis le début du mois de septembre dans un centre de tri de la Poste en région parisienne.

Ces copies testées en laboratoire se sont révélées dangereuses avec "des risques d'étranglement pour les enfants", selon les douanes. La poussette "Yoyo" a la particularité de se plier au format d'un bagage cabine d'avion et est le produit phare de Babyzen.

Une poussette contrefaite en Chine - Aucun(e)
Une poussette contrefaite en Chine - Douanes françaises

Des contrefaçons ne provenance de Chine

Début septembre, des agents des douanes ont intercepté plusieurs colis contenant des poussettes en provenance de Chine. En 2015 déjà, la société Babyzen avait alerté les autorités françaises sur la contrefaçon de sa marque "Yoyo". La surveillance des douaniers a permis de réaliser plusieurs dizaines de saisies, la dernière datant du 11 octobre et portant sur 18 poussettes.

Des copies dangereuses pour les enfants

Ces poussettes présentaient un risque d'étranglement pour les enfants  - Aucun(e)
Ces poussettes présentaient un risque d'étranglement pour les enfants - Douanes françaises

Des experts ont constaté qu'il n'y avait pas d'avertissement indiquant que ces articles ne conviennent pas à des enfants de moins de six mois. Ils ont également remarqué que le cordon de réglage est trop long et donc accessible aux enfants qui risquent l'étranglement. Par ailleurs un rivet d’assemblage à l’arrière du châssis s’est rompu lors des essais.

Ces poussettes de contrefaçon devaient être vendues environ 200 euros contre 390 euros pour les "vraies". En 2015, Babyzen a consacré 5% de son chiffre d'affaires à la lutte contre la contrefaçon.

Partager sur :