Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

13 militants du mouvement d'ultra-droite "Recolonisation" interpellés, le fondateur vient de Marseille

-
Par , France Bleu Provence

Treize militants appartenant au mouvement d'ultra droite "Recolonisation" ont été interpellés par les gendarmes de l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité. Parmi eux le fondateur originaire de Marseille.

Le fondateur du mouvement d'ultra droite "Recolonisation" est originaire de Marseille.
Le fondateur du mouvement d'ultra droite "Recolonisation" est originaire de Marseille. © Maxppp - Vincent Isore

Un vaste coup de filet dans le milieu de l'ultra droite. Treize militants du groupe baptisé "Recolonisation" sont en garde à vue. Douze hommes et une femme de 21 à 52 ans ont été interpellés mardi en Provence et partout en France. Parmi eux le fondateur, un habitant de Marseille.

Selon les autorités, 110 membres militaires et anciens militaires constituent cette organisation armée - "recolonisation" - dont l'idéologie est "identitaire, raciste et violente" indique le parquet de Marseille. Repérés par la DGSI et suivi depuis 2020, ce groupe est convaincu qu’une guerre civile est proche, poussée par la pression migratoire. Les membres du groupe sont suspectés d'avoir accès à des armes et de présenter une menace à l'ordre public par leur participation ou leur projet de participation à des actions violentes. L'opération menée par les gendarmes de l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCH) a d'ailleurs permis la saisie de plusieurs armes au cours de différentes perquisitions, précise le parquet de Marseille.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess