Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : confinement tendu à la prison d'Argentan où 14 détenus sont montés sur le toit

Suspension des parloirs, arrêt des visites des intervenants extérieurs : la vie en détention est chamboulée avec la mise en place du confinement. Jeudi, au centre de détention d’Argentan, 14 détenus sont montés sur le toit pour protester contre la situation.

Les mesures de confinement prises à l'extérieur ont des conséquences en milieu carcéral.
Les mesures de confinement prises à l'extérieur ont des conséquences en milieu carcéral. © Radio France - Margaux Stive

En plein confinement dû au coronavirus, plusieurs détenus de le prison d'Argentan, dans l'Orne, se sont rebellés ce jeudi 19 mars. 14 détenus, sur les 539 que compte le centre de détention, sont allés se percher sur le toit de l'établissement. Les équipes régionales d'intervention, les Eris, sont arrivées sur place en fin d'après-midi et les ont fait redescendre. A 19h20 l'intervention était terminée.  Trois d'entre eux sont transférés vers d'autres établissements pénitentiaires de la région.

Il faut dire que la situation est tendue dans les prisons, car les mesures de confinement mises en place à l’extérieur ont des conséquences à l’intérieur. Déjà privés de liberté, les détenus ne peuvent plus, depuis mercredi, voir leurs proches aux parloirs, qui ont été suspendus. Idem pour les intervenants extérieurs comme les enseignants, dont les cours se font désormais à distance quand c’est possible.

L'impatience gagne les établissements

Les détenus peuvent malgré tout sortir en promenade, mais de manière très encadrée et en respectant les gestes barrières. Ils peuvent aussi faire du sport quand l’établissement dispose d’équipements à l’air libre. Mais l’impatience commence à gagner les établissements. Dans le grand ouest, plusieurs mouvements de rébellion ont eu lieu à Nantes, Angers, Val-de-Reuil et donc jeudi Argentan. 

"Ça va être dur de tenir dans ces conditions", s’inquiète Joseph Rousseau délégué régional FO. L’administration pénitentiaire planche sur des solutions comme rallonger le temps de téléphone

Conditions sanitaires inquiétantes selon FO pénitentiaire

Pour ce qui est de la situation sanitaire, elle assure qu’avec les mesures qui existent déjà pour contenir la gale ou la tuberculose, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Ce n’est pas l’avis de FO pénitentiaire qui relève déjà un surveillant placé en quatorzaine à Argentan et s’inquiète de l’application des mesures barrières à Caen ou Argentan où les portes des cellules sont ouvertes en journée. Même inquiétude à Coutances et Cherbourg, maisons d’arrêt où les détenus sont parfois douze par dortoir. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu