Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux ans après l'incendie qui a fait 14 morts dans un bar à Rouen, les familles des victimes attendent le procès

dimanche 5 août 2018 à 18:35 Par Christine Wurtz, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

L'anniversaire a tourné au drame le 6 août 2016, dans un bar de Rouen. Un violent incendie a provoqué la mort de 14 personnes. L'issue de secours était fermée. Deux ans après le drame, l'instruction est close. Les deux co-gérants de l'établissement devraient être jugés pour homicides involontaires.

Florian, le fils de Michèle et Thierry, est mort dans l'incendie avec sa petite amie Mégane
Florian, le fils de Michèle et Thierry, est mort dans l'incendie avec sa petite amie Mégane © Radio France - Christine Wurtz

Rouen, France

Dans la maison des parents de Michèle et Thierry, il y a des photos de Florian partout. Il allait avoir 20 ans quelques jours après le drame et terminait la soirée au Cuba Libre avec Mégane, sa petite amie. Les deux jeunes gens sont morts intoxiqués par les fumées dans la cave de l'établissement. L'étroit escalier qui menait au rez-de-chaussée était embrasé, et l'issue de secours fermée à clé.

Ce soir-là, un groupe d'amis fêtait les 20 ans d'Ophélie au sous-sol aménagé en piste de danse. Un peu après minuit, l'un des convives est descendu à la cave avec un gâteau d'anniversaire. Les bougies "feu de bengale" ont touché les plaques d'isolant phonique qui tapissait les murs et le plafond, et la pièce s'est rapidement transformée en brasier, piégeant les victimes. L'incendie a fait 13 morts ce soir là. Une quatorzième victime est décédée quelques jours plus tard à l'hôpital. Toutes empoisonnées par les gazs toxiques dégagés par la combustion de ces plaques d'isolant hautement inflammable.

Un procès en 2019

Depuis, les deux co-gérants du bar sont mis en examen pour homicides involontaires par violation d'une obligation de sécurité. L'instruction est close depuis quelques semaines, le Parquet de Rouen a requis le renvoi des deux  frères devant le tribunal correctionnel et le juge d'instruction doit rendre son ordonnance sous trois mois. Sauf surprise, les deux mis en cause devraient être jugés en 2019, "avec l'espoir qu'ils aillent directement en prison" précise Thierry le père de Florian. Ils risquent 5 ans de prison, la peine maximale pour un homicide involontaire. 

L'incendie du bar "Au Cuba Libre" dans la nuit du 5 au 6 août 2016 avait fait 14 morts à Rouen. - Radio France
L'incendie du bar "Au Cuba Libre" dans la nuit du 5 au 6 août 2016 avait fait 14 morts à Rouen. © Radio France - Bénédicte Courret

Difficile à supporter pour les parents. D'autant que le propriétaire du bar n'a pas tout fait, semble-t-il, pour aider les pompiers. Il n'a pas signalé qu'il y avait une issue de secours au fond de la cave. Et pourtant, la trace d'un appel téléphonique en provenance du sous-sol prouve qu'il y avait des survivants quelques minutes avant l'arrivée des secours.

Ils n'ont pas dirigé les pompiers vers cette porte de secours. Pendant ce temps là, nos enfants agonisaient, nos enfants hurlaient, et ils n'ont rien fait." Michèle, la mère de Florian

L'autre combat des familles, c'est de faire changer la règlementation en matière de classification des établissements. La ville de Rouen a mené une vaste opération de contrôle dans les bars de nuit, mais sur le plan de la législation, les propositions formulées par la députée socialiste de l'époque, Valérie Fourneyron, sont restées lettre morte. Et les nombreux courriers envoyés au gouvernement par les parents des victimes n'ont reçu aucune réponse.

Depuis, un suivi très serré des bars de la ville 

Depuis le drame du Cuba Libre, la commission de sécurité a effectué une quarantaine de visites dans 27 établissements similaires, c'est-à-dire avec une cave. Sur ces 27 bars, seulement 5 ont reçu un avis favorable. Les 22 autres ont dû fermer, au moins partiellement pour ceux qui exploitaient leurs caves. Deux pubs ont mis la clé sous la porte définitivement : le Kox, impasse des Hauts-Mariages et un bar ambiance africaine, rue Saint- Julien. La cause : de graves risques d'incendies et des problèmes d'évacuations. 

C'est cette type de mousse, hautement inflammable qui tapissait les murs de la cave du Cuba Libre  - Radio France
C'est cette type de mousse, hautement inflammable qui tapissait les murs de la cave du Cuba Libre © Radio France - Camille Labrousse

Aujourd'hui, 11 établissements ont entièrement rouvert, après avoir réalisé des travaux. Parmi eux,  le Bidule ou le XXL. Cependant, 9 autres sont encore sous avis défavorables de la commission de sécurité. 5 n'ont pas le droit d'exploiter leurs caves mais peuvent exercer leur activité. La ville de Rouen accompagne le suivi des travaux de mise en conformité.