Faits divers – Justice

140 détenus de la prison de Poitiers-Vivonne transférés après la mutinerie

Par William Giraud, France Bleu Poitou et France Bleu mardi 13 septembre 2016 à 18:08

Les travaux s'annoncent longs à Vivonne.
Les travaux s'annoncent longs à Vivonne. © Radio France - Vincent Hulin

Les incendies déclenchés par les mutins ont provoqué des dégâts très importants. Un bâtiment complet va devoir fermer pour être rénové.

"C'est un drame humain" pour l'aumônier catholique de la prison de Poitiers-Vivonne, Bruno Genet. 140 détenus (soit près d'un quart des effectifs du centre pénitentiaire) vont quitter l'établissement après la mutinerie et l'incendie d'un bâtiment par des prisonniers lundi soir. Un casse-tête en perspective pour les familles de ces prisonniers.

Des détenus disséminés dans toute la grande région

Les transferts ont commencé et se poursuivront jusqu'à vendredi. 80 ce soir, 60 d'ici la fin de la semaine. Les détenus sont attendus dans plusieurs prisons de la grande région (Villeneuve-sur-Lot, Périgueux, Uzerche, Saint-Martin-de-Ré, etc.).

Des dégâts considérables dans le bâtiment incendié

Des détenus qui ne reviendront pas dans la Vienne tout de suite. Car les dégâts sont très importants : les flammes et l'eau ont tout ravagé. Les murs, les fenêtres, les portes, la vidéo-surveillance, le système électrique, il faudra tout remettre en état. Selon les premières estimations, il y en aura pour au moins six mois de travaux. Le syndicat UNSA évoque une facture de plusieurs centaines de milliers d'euros.

La garde à vue des deux meneurs présumés de la mutinerie a été prolongée hier soir par le parquet de Poitiers. "On ne se dirige pas vers une comparution immédiate" a indiqué un magistrat. Les deux mutins de 30 et 34 ans auront donc droit a priori à un procès en bonne et due forme dans les mois qui viennent.