Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

15, 18, 112 : les pompiers et le Samu d'Indre-et-Loire reçoivent chaque année plus de 35.000 appels "polluants"

mardi 7 novembre 2017 à 17:23 Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine

Chaque année, le centre d'appel commun aux pompiers et au Samu d'Indre et Loire traite plus ou moins 248.000 appels, soit quelques 680 par jour. Sur ces milliers d'appels, plus de 35.000 sont considérés comme des appels polluants : un chiffre aussi constant que les nombres d'appels.

35 000 appels "polluants" chaque année pour le CETRA qui regroupe les appels des pompiers et du Samu
35 000 appels "polluants" chaque année pour le CETRA qui regroupe les appels des pompiers et du Samu - @SDIS 37

Indre-et-Loire, France

248.962 appels ont été reçus en 2016 sur les trois numéros : le 18 pour les pompiers, le 15 pour le Samu et le 112 numéro européen d'urgence. Des appels traités en Indre-et-Loire, en un seul lieu où travaillent côte à côte pompiers et Samu dans un centre d'appel unique : le CETRA, à côté de l’hôpital Trousseau à Chambray-Les-Tours. Chaque année, les opérateurs doivent faire face à ce qu'ils appellent des appels polluants. Le commandant François Terracher est le responsable du service de traitement et régulations des alertes pour lui, il y a une partie des personnes qui appellent en urgence sans trop savoir vers quel service s'orienter : ces personnes seront redirigés vers le bon numéro et le bon interlocuteur et puis il y a ceux qui appellent sous n'importe quel prétexte, sachant qu'ils trouveront un interlocuteur.

Les appels peuvent être traçés

Les opérateurs reconnaissent certes une baisse du nombre de plaisantins, mais l'image du pompier présent sur tous les fronts, opérationnel 24h/24 et 7 jours sur 7 à la vie dure et donc en appelant, "les pollueurs" savent qu'ils trouveront toujours quelqu'un au bout du fil quelque soit la situation, mais attention, le CETRA a les moyens de tracer les numéros des appelants, et des appels "polluants" répétés peuvent aussi conduire à un dépôt de plainte et à une condamnation par la justice.

Lorsque les opérateurs ne parviennent pas à démêler le vrai du faux ou lorsqu'ils ont un doute, ils feront partir des équipes et déploieront des moyens car disent les pompiers : le doute doit toujours profiter à l'éventuelle victime. Le 18 ce sont les urgences pompiers, le 15 pour le Samu et le 112 le numéro d'urgence européen valide dans l'ensemble de l'Europe

Le 15, 18 et 112 en Indre-et-Loire en chiffres :

  • 248 962 appels reçus en 2016
  • environ 680 appels par jour
  • 54% pour le Samu 33% pour les pompiers et 13% pour le 112
  • 35.339 appels non justifiés en 2016
  • 21.662 pour le numéro d'urgence européen, 19.554 pour les pompiers et 7.265 pour le Samu