Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

150 personnes intoxiquées dans une cave de Langeais (37)

dimanche 9 août 2015 à 10:01 Par Nathalie Delpeyrat, France Bleu Touraine

Plus de 150 participants à une soirée organisée samedi soir dans une cave de Langeais (Indre-et-Loire) ont été intoxiqués par du monoxyde ou du dioxyde de carbone. Tous sont hors de danger. Les pompiers recherchent l'origine de l'intoxication.

Caves de Langeais
Caves de Langeais

152 personnes victimes d'une intoxication au monoxyde de carbone ou au dioxyde de carbone samedi soir dans une cave troglodytique à Langeais , en Indre et Loire. L'alerte a été donnée à 21H30 quand plusieurs personnes ont été prises de malaises, nausées ou migraines.

Cave de Langeais - Radio France
Cave de Langeais © Radio France

Elles faisaient partie d'un groupe de 224 participants réunis depuis vendredi soir pour des jeux de rôle dans cette cave de 40.000 m2 . Une famille de deux adultes et deux enfants a été hospitalisée à Tours. Les autres invités ont été évacués dans un gymnase de Langeais. 72 étaient indemnes mais 152 d'entre eux étaient intoxiqués. Certains ont passé la nuit avec un masque à oxygène sur le nez. Il a fallu plus de 150 bouteilles d'oxygène.

Dimanche matin, leur état de santé s'est amélioré. Une enquête est en cours pour déterminer l'origine de cette émanation de monoxyde ou dioxyde de carbone. Depuis six mois, une association locale aménageait les lieux, qui étaient alimentés en électricité par des groupes électrogènes . Ce sont ces mêmes groupes électrogènes, qui fonctionnent au diesel, qui auraient dégagés des vapeurs directement à l'intérieur de la cave, comme l'explique Thomas Bertoncini, le sous-préfet de Chinon.

Thomas Bertoncini, sous-préfet de Chinon