Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Immeubles effondrés à Marseille

VIDÉO - 150 personnes rendent hommage aux victimes de la rue d'Aubagne, un mois après l'effondrement

mercredi 5 décembre 2018 à 18:47 Par Julie Pacaud, France Bleu Provence et France Bleu

Un mois après l'effondrement des deux immeubles à Marseille, 150 personnes se sont rassemblées rue d'Aubagne ce mercredi matin pour rendre hommage aux victimes. Elles ont observé huit minutes de silence, une pour chacune des victimes.

150 personnes ont rendu hommage aux huit victimes de l'effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne, un mois après le drame.
150 personnes ont rendu hommage aux huit victimes de l'effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne, un mois après le drame. © Radio France - Laurent Grolée

Marseille, France

Un hommage entre émotion et tension. Autour des proches des victimes et des voisins, 150 personnes se sont rassemblées ce mercredi, à 9h05, devant le numéro 56 de la rue d’Aubagne, à quelques dizaines de mètres des immeubles qui se sont écroulés il y a tout juste un mois. Elles ont observées huit minutes de silence, une pour chacune des victimes, en se recueillant devant leurs portraits.

"Ce n'est pas la pluie"

La tristesse sur les visages et dans la voix de la cousine de Chérif, l'une des victimes. Cet hommage lui permet de trouver un peu de réconfort auprès de ceux qu'elle considère aujourd'hui comme sa nouvelle famille. 

"Heureusement qu'on a eu les Marseillais, tous ces gens qui ont du cœur. Cette solidarité je ne l’oublierai pas."

L'émotion mais aussi la colère dans les mots de la cousine de Chérif lorsqu'elle s'adresse à la foule : "Vous avez les pouvoirs publics là ? Il y a quelqu'un de la mairie qui est venu avec nous faire ces minutes de silence ?" Si la municipalité de Marseille n'a prévu aucune cérémonie officielle, elle a invité ses agents municipaux à observer eux aussi une minute de silence et les drapeaux ont été mis en berne.  

Sur un petit panneau on peut lire une inscription: "Ce n'est pas la pluie", une référence directe aux explications avancées après la catastrophe par la municipalité, qui avait évoqué, entre autres, les conséquences des fortes pluies des jours précédents. 

Hommage aussi à Zineb, "tombée sous les violences policières"

Les organisateurs du rassemblement, le Collectif du 5 novembre, créé après le drame, souhaitaient également rendre hommage à Zineb, une femme de 80 ans, habitante elle aussi du quartier de Noailles. Elle a été blessée samedi par des éclats de grenade lacrymogène lors des violents incidents qui ont éclaté après plusieurs manifestations à Marseille. Opérée dimanche, elle est décédée d'un choc opératoire. 

Pour Kevin Vacher, membre du collectif, ce recueillement est aussi pour cette femme, "tombée sous les violences policières". Des applaudissements ont marqué la fin de rassemblement.