Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Seize kilos de cocaïne pour le marché grenoblois saisis à Roissy

-
Par , France Bleu Isère

C'est le résultat d'une enquête préliminaire confiée à la police judiciaire de Grenoble depuis 18 mois. Des clients avaient été interpellés à Grenoble en octobre dernier. Leur revendeur s'était ensuite présenté au service de la police judiciaire et placé sous mandat de dépôt.

Contrôle à Roissy
Contrôle à Roissy © Maxppp - Julien Da Rosa

L'enquête permettait de remonter à un homme qui s'approvisionnait sur l'île française de Saint-Martin aux Antilles. Ce sont les mules, une femme de 48 ans et un homme de 53 ans qui ont été arrêtés, vendredi dernier, à l'aéroport de Roissy avec chacun 8 kilos de cocaïne dans leurs valises. Ensuite deux dealers, dont le chef du réseau présumé, ont été arrêtés à Grenoble. 

Le communiqué du Parquet de Grenoble

Le 11 février 2019, une enquête préliminaire confiée à l'antenne de la police judiciaire de Grenoble était ouverte suite à un renseignement dénonçant le trafic de cocaïne auquel se livrait dans l’agglomération grenobloise un homme de 45 ans. L’enquête, par des surveillances techniques et physiques, permettait d’établir qu’il effectuait en moyenne une dizaine de ventes par jour. 

Le 15 octobre 2019, à l’issue d’une transaction, des clients étaient interpellés dont l’un était porteur de cocaïne. Dans la foulée, si l’interpellation du vendeur échouait, ce dernier parvenant à prendre la fuite en véhicule, les multiples perquisitions amenaient notamment la découverte de plus de 4 kilos de cocaïne et 14 568 euros en espèces

Le 21 octobre 2019, se sachant recherché, le fuyard se présentait au service de la police judiciaire. Il était placé en gardé à vue. Il ne souhaitait pas s’expliquer durant cette mesure, se contentant d’affirmer que la drogue découverte au domicile conjugal lui appartenait, dédouanant ainsi sa compagne. Il était déféré le lendemain devant la juge d’instruction au tribunal judiciaire de Grenoble, mis en examen et placé sous mandat de dépôt.   

Le trafic durait depuis 18 mois avec des ventes au détail, au profit d’une clientèle d’habitués, à raison de 50 euros le gramme

Par la suite plusieurs clients étaient convoqués et entendus. Leurs dépositions permettaient d’établir que le trafic durait depuis au moins 18 mois avec des ventes au détail, au profit d’une clientèle d’habitués, à raison de 50 euros le gramme. Les analyses chimiques des échantillons des scellés de cocaïne indiquaient que celle-ci présentait un taux de pureté allant de 73 à 76 %. Le taux de pureté moyen de la cocaïne saisie en France en 2018 étant de 67 % démontre la qualité du produit écoulé par le mis en examen.                                     

L’enquête permettait de remonter encore à un fournisseur qui organisait des livraisons de cocaïne en provenance de l’île de Saint Martin  aux Antilles. Les policiers identifiaient les « mules » chargées de transporter la drogue dans leur bagage. Une femme née en 1972 et un homme né en 1967 (qui faisaient pour l'occasion le voyage ensemble) et mettaient en place un dispositif de livraison surveillée qui aboutissait le 31 juillet à l’interpellation à Roissy-Charles-de-Gaulle des deux voyageurs et dans l'agglomération grenobloise des deux autres protagonistes dont la personne soupçonnée d'être le principal commanditaire de cette importation.      

Huit kilos de cocaïne étaient saisis dans la valise de la femme et la même quantité dans celle de son compagnon de voyage. Il était par ailleurs retrouvé chez le principal commanditaire (né en 1972) 91 540 €, une comptabilité occulte et une presse hydraulique permettant de conditionner les stupéfiants, 130 grammes d'Ecstasy et 185 grammes d'héroïne. 

Quatre personnes mises en examen pour trafic de drogues et incarcérées

La perquisition menée chez le second individu (né en 1976) permettait de saisir 1 500 euros, des moules pour presse hydraulique, 1,663 kilo d'Ecstasy, 96 grammes de cocaïne, 3,653 kilos de MDMA ainsi que 10,55 kilos de Lidocaïne et 10,51 kilos de benzocaïne servant de produits de coupe. 

Les 4 mis en cause ont été présentés ce mardi 4 août 2020 devant le juge d’instruction. Ils ont été mis en examen pour trafic de stupéfiants (notamment pour importation) et association de malfaiteurs et incarcérés conformément aux réquisitions du parquet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess