Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

1600 personnes dans les rues de Bayonne pour la libération de prisonniers basques

samedi 16 juin 2018 à 22:55 Par Andde Irosbehere, France Bleu Pays Basque

Frédéric Haramburu, Jakes Esnal, Ion et Unai Parot sont incarcérés depuis désormais 28 ans. Quelques 1600 personnes ont défilé ce samedi 16 juin pour réclamer leur libération

En tête de cortège, les portraits de 4 prisonniers basques incarcérés depuis 28 ans
En tête de cortège, les portraits de 4 prisonniers basques incarcérés depuis 28 ans © Radio France - Andde Irosbehere

Bayonne, France

En tête de cortège, les portraits des quatre prisonniers affichés sur des pancartes. A l'appel du collectif Bagoaz, qui regroupe 25 organisations dont la Ligue des droits de l'homme, environ 1600 personnes ont manifesté ce samedi dans les rues de Bayonne, en soutien aux prisonniers basques. Ils réclament notamment la libération de Frédéric Haramburu, Jakes Esnal, et des frères Ion et Unai Parot.

Ces quatre hommes sont incarcérés depuis 28 ans. Ils avaient été condamnés à de lourdes peines pour leur participation au commando itinérant et meurtrier de l'ETA, dans les années 80 : une peine de perpétuité en France pour les trois premiers, une peine de 40 ans de réclusion pour Unai Parot, en Espagne.

"Pas un jour de plus"

Leurs peines de sûreté étant dépassées, ils sont en droit de demander une libération conditionnelle. Mais leurs requêtes ont été jusqu'à présent systématiquement rejetées.

Une situation qui n'est plus tenable, estiment les militants de Bagoaz, au lendemain de la dissolution de l'ETA. D'où ce mot d'ordre : "Pas un jour de plus". Autre revendication, le rapprochement des prisonniers. Jusqu'à présent il y en a eu 14, sur une cinquantaine de prisonniers basques que comptent les prisons françaises. Les manifestants en espèrent davantage.

Tête du cortège - Radio France
Tête du cortège © Radio France - Andde Irosbehere