Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

18 ans de prison requis aux assises de Gironde dans le procès d'un règlement de compte

jeudi 23 novembre 2017 à 18:57 Par Fanette Hourt, France Bleu Gironde

L'avocate générale a requis ce jeudi 18 années de réclusion criminelle contre José-Antonio Claveria, jugé pour meurtre.

La Cour d'Assises de la Gironde
La Cour d'Assises de la Gironde © Radio France

Bordeaux, France

Dix-huit années de réclusion criminelle ont été requis, ce jeudi à l'encontre de José-Antonio Claveria. Cet homme de 66 ans est jugé depuis lundi pour le meurtre de Bras Batista, le 31 août 2013 à Carbon-Blanc. Celui-ci a été tué de deux coups de feu, dans un contexte de tensions entre les deux familles.

Les trois fils de José-Antonio Claveria sont jugés eux pour violences aggravées. L'avocat général a requis pour deux d'entre eux un an de prison dont quatre mois fermes, et pour l'autre 18 mois de prison, dont huit fermes.

Verdict attendu ce vendredi

Un réquisitoire juste pour l'un des avocats des parties civiles. "Nos clients que nous représentons attendent une décision de justice qui corresponde à la réalité de ce dossier", explique ainsi Me Julien Plouton.

Ce qui est sûr, c'est que quelle que soit la peine qui sera prononcée, elle ne sera peut-être jamais suffisante pour la famille de la victime." – Me Julien Plouton, avocat des parties civiles

Me Julien Plouton

Un avis qui n'est pas partagé par les avocats de la défense. Pour Me Simon Cohen, "la solution de la sanction prenant la forme de réclusion criminelle n'est absolument pas adaptée. Ce n'est pas utile pour la société, ce n'est utile pour l'amélioration du condamné, et ça n'enlève rien à la douleur des familles."

Me Simon Cohen

Le verdict est attendu ce vendredi matin.