Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chambéry : 18 mois de prison avec sursis pour un entraîneur de hockey-sur-glace accusé d'agression sexuelle

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Un ancien hockeyeur international a été reconnu coupable d'agressions sexuelles lorsqu'il était coach des gardiens au pôle France de hockey à Chambéry.

Le jeune homme a nié l'agression la plus grave
Le jeune homme a nié l'agression la plus grave © Radio France - Christophe Van Veen

Le jeune coach a été condamné à 18 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Chambéry. Reconnu coupable d'avoir agressé deux mineures qu'il avait pris sous son aile il y a six ans, à Chambéry. Il a dérapé à plusieurs reprises avec par exemple des caresses sur les cuisses et des réflexions fréquentes à connotations sexuelles pour une drague lourde. A la barre, le trentenaire a expliqué qu'il s'agissait de jeux et qu'il était immature à l'époque. Il nie catégoriquement l'agression la plus grave : une main dans la culotte d'une jeune de 17 ans, au domicile de celle-ci.  

Le tribunal correctionnel de Chambéry lui interdit par ailleurs d'avoir une activité en lien avec des mineurs pendant cinq ans et l'inscrit sur le fichier judiciaire automatisé des auteurs d‘infractions sexuelles et violentes (Fijais). Celui qui est actuellement entraîneur des gardiens d'une équipe de ligue Magnus doit verser 1.500 euros de dommages et intérêts à la principale victime. Et un euro à la fédération française de hockey qui était partie civile.  Il a la possibilité de faire appel de sa condamnation. Son avocate avait plaidé la relaxe. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess