Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

18 policiers de l'ex "Bac Nord" devant le tribunal correctionnel de Marseille, près de 10 ans après l'affaire

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

C'était il y a près de dix ans, l'affaire de la "Bac Nord" faisait scandale dans le pays tout entier. Le procès de 18 policiers et anciens policiers marseillais s'ouvre ce lundi devant le tribunal correctionnel de Marseille.

Le procès de la BAC Nord débute ce lundi matin à Marseille
Le procès de la BAC Nord débute ce lundi matin à Marseille © Maxppp - Maxppp

Le procès de la "Bac Nord" commence ce lundi à Marseille. Il y a près de dix ans, du procureur de la république jusqu'au ministre de l'Intérieur, on avait tiré à boulet rouge contre ces "baqueux", accusés d'extorsion de fonds en bande organisée, Jacques Dallest parlant très vite d'une "gangrène" qui dévorait la police marseillaise.  

Jacques Dallest, procureur de la république de Marseille avait parlé de "Gangrène"
Jacques Dallest, procureur de la république de Marseille avait parlé de "Gangrène" © Radio France - maxppp

Dans le box des accusés, jusqu'au 23 avril, les trois groupes de la "Bac Nord", aujourdhui dissoute  

"On est passé d'une gangrène à un petit rhume des foins." Alain Lhote - avocat de Bruno Carasco, révoqué de la police

À l'origine de l'affaire, une dénonciation auprès du procureur faisant état de vols d'argent et de produits stupéfiants lors de l'interpellation d'un revendeur dans les quartiers nord et de cigarettes de contrebande porte d'Aix, à Marseille.

Des voitures de la Bac sont placées sur écoute et c'est là que la police des polices va assister à des conversations pour le moins équivoques entre des policiers surnommés "Momo, "la flèche" ou le Gitan blanco" .  

"Je ne protégerai personne, les procédures judiciaires iront jusqu'au bout." - Manuel Valls, ministre de l’intérieur en 2012

Des vols de sacoches ou d'argent auprès de revendeurs dans les cités, notamment en août 2012 cité Fontvert à Marseille, un équipage de la Bac repère une Audi. À l'arrivée des policiers, un paquet est jeté par la fenêtre. Dans le véhicule, 30.000 euros en liquide pour l'achat d'une voiture en Allemagne.  

Le PV d'interpellation ne mentionne ni les quantités de drogue ni le montant de l'argent saisi. L'un des interpellés déclare : "Il y avait 36.000 euros, sauf qu'à l'arrivée au commissariat il n'y en a plus que 27.000, c'est parole contre parole."

Manuel Valls (ministre de l'intérieur) "je ne protégerai personne"
Manuel Valls (ministre de l'intérieur) "je ne protégerai personne" © Maxppp - maxppp

Neuf ans plus tard, on est loin des terribles accusations, les fonctionnaires sont poursuivis pour des faits de vols en réunion, mais les qualifications de "violences volontaires" et de "bande organisée" sont abandonnées. Dans le box des accusés, jusqu'au 23 avril, les trois groupes de la "Bac Nord", dissoute dans la tourmente des révélations par Manuel Valls alors ministre de l'Intérieur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess