Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Une vingtaine de propositions pour lutter contre les agressions des pompiers

-
Par , France Bleu

Un rapport présenté en commission des lois du Sénat mercredi fait 18 propositions pour endiguer la violence contre les pompiers. Des agressions en hausse de 213% en 10 ans. Le rapport constate aussi qu'à cause du recul des services publics les pompiers se retrouvent plus exposés à cette agressivité.

Intensification de la violence contre les pompiers : les propositions du Sénat.
Intensification de la violence contre les pompiers : les propositions du Sénat. © Maxppp - Arnaud Beinat

Comment lutter contre les violences envers les pompiers ? Trois sénateurs font 18 propositions concrètes dans un rapport présenté en commission des lois mercredi et révélé ce mercredi dans le Figaro

Agressions en hausse de 213% en 10 ans

"Quoi de plus insoutenable que de voir agressées des personnes qui, par profession ou à titre bénévole, ont dédié leur vie à préserver celle des autres?" s'insurgent les trois auteurs du rapport, les sénateurs Loïc Hervé (centriste, Haute-Savoie), Patrick Kanner (socialiste, Nord) et Catherine Troendlé (Les Républicains, Haut-Rhin). 

Le constat est accablant. Les 248 000 pompiers en France, sont de plus en plus victimes d'agressions. La hausse est de 213% en 10 ans passant de 899 victimes à 2813 entre 2008 et 2017. Rien qu'en 2019, leur nombre est deux fois plus important que l'an dernier

De véritables "guet-apens"

Le rapport dénonce surtout des "violences de plus en plus brutales". Comme le "guet-apens" en octobre dernier à Champigny-sur-Marne où les pompiers ont essuyé des "tirs de de mortiers et de feux d'artifices". En mai à Toulouse "une bonbonne de gaz avait été découverte attachée sur un scooter _près d'une poubelle en feu_". Ce soir là dans le quartier de la Reynerie, le véhicule des six pompiers a également été visé par des engins explosifs rappelle le Figaro.

Escorte, pare-brise anti-caillassage, gilet anti-coup de couteau

Dans leurs 18 préconisations, les sénateurs proposent un arsenal pour protéger les pompiers. Cela va du renforcement des sanctions pénales, à la nécessité de dépôts de plaintes plus systématiques.  L'objectif est d'assurer une meilleur protection des unités d'intervention : escortes, pare-brises qui résistent au caillassage, des gilets anti- coup de couteau. 

Les sénateurs recommandent aussi que les pompiers soient plus nombreux dans leurs ambulances pour qu'un d'entre eux puissent être dédié à la gestion de la sécurité de l'intervention. Enfin, sur l'expérimentation des caméras piétons, elles ne doivent pas rompre le lien de confiance avec la population secourue.

Les pompiers comblent le manque dû au recul des services publics

Si les pompiers sont devenus des cibles, c'est à cause du "recul des services publics" expliquent les auteurs du rapport. Les pompiers sont devenus un "palliatif", leur mission a évolué en s'éloignant de leur premier rôle qui est d'intervenir sur des incendies, les feux de forêt. 

Ils sont de plus en plus souvent appelés pour du secours aux personnes. Ils se retrouvent de plus en plus exposés notamment aux personnes en détresse psychologique. Le rapport rappelle le cas du sapeur pompier Geoffroy Henry, poignardé le 4 septembre 2018 par un homme atteint de schizophrénie à qui il était venu porter secours. Les pompiers devraient pouvoir être informés des cas connus des services sociaux "sans porter atteinte au secret médical" estiment les sénateurs dans leur rapport.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu