Faits divers – Justice

Deux ans de prison avec sursis requis en appel contre les ex-Goodyear

Par Valérie Massip et France Bleu, France Bleu Picardie et France Bleu mercredi 19 octobre 2016 à 18:42 Mis à jour le mercredi 19 octobre 2016 à 21:04

Manifestation de soutien devant le Palais de Justice d'Amiens avant l'ouverture du procès en appel des ex-Goodyear
Manifestation de soutien devant le Palais de Justice d'Amiens avant l'ouverture du procès en appel des ex-Goodyear © Radio France - Marie-Gaëtane Comte

L'avocat général requiert 24 mois de prison avec sursis à l'encontre des 8 ex-Goodyear jugés en appel ce mercredi à Amiens pour la séquestration de deux cadres pendant plus de 30 heures en janvier 2014 avant la fermeture de l'usine.

Deux ans de prison avec sursis sont requis par l'avocat général à l'encontre des huit anciens salariés de Goodyear rejugés ce mercredi pour la séquestration de deux cadres en janvier 2014 avant la fermeture de l'usine. Lors du premier procès, ils ont été condamnés à neuf mois de prison ferme et le parquet avait requis un an de prison ferme et un an avec sursis.

"C'est la dignité humaine qui a été touchée" pour l'avocat général

L'avocat général a prononcé des réquisitions moins sévères qu'en première instance mais pour lui la CGT est bel et bien responsable. Elle "a agi pour cette séquestration, elle a même fait en sorte qu'elle soit pénible à vivre pour les deux cadres. On a essayé de les détruire psychologiquement. Insultes, humiliations... c'est la dignité humaine qui a été touchée", a-t-il déclaré.

Les prévenus clament leur innocence et demandent la relaxe

Les huit prévenus continuent de clamer leur innocence. A la barre aujourd'hui, ils ont expliqué qu'ils n'avaient jamais dit aux deux cadres qu'ils ne pouvaient pas sortir. Parmi eux, Reynald Jurek estime que "24 mois, 1 an, 6 mois avec sursis quand on n'a rien fait, quand on n'est responsable de rien, c'est déjà trop" . La décision doit être**rendue le 11 janvier 2017**_.

_

Partager sur :