Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux ans et demi de prison pour avoir agressé des policiers au couteau à Amiens

-
Par , France Bleu Picardie

L'homme qui a agressé des policiers au commissariat d'Amiens le 13 janvier dernier a été condamné ce mercredi 3 mars à 2 ans et demi de prison. Il était jugé hier pour les avoir menacé avec un couteau à bout rond.

Une des salles d'audience du palais de justice d'Amiens
Une des salles d'audience du palais de justice d'Amiens © Radio France - Claudia Calmel

Les faits se sont déroulés le 13 janvier dernier, quand cet homme de 44 ans de nationalité algérienne sans domicile s'est introduit dans le commissariat de la rue des Otages à Amiens, avec un couteau à bout rond. Il a dit durant sa garde à vue vouloir se suicider en obligeant les policiers à lui tirer dessus.  

La question de sa radicalisation a été écarté pendant l'enquête

Même si les policiers ont eu l'impression de vivre un attentat, et que deux d'entre eux l'ont entendu dire "Allah Akbar" l'acte terroriste n'a pas été retenu. L'homme n'a pas de casier judiciaire. Il est dépressif et aurait déjà fait deux tentatives de suicide. Son avocate Me Claire Gricourt, considère qu'il n'a rien d'un terroriste. 

L'avocate du détenu, Me Claire Gricourt

Les policiers ne sont pas là pour tirer sur un homme suicidaire 

Deux policiers ont déposés plainte. A la barre l'un d'eux explique avoir eu peur "pour son intégrité". Il a fait en sorte que l'agresseur lâche son couteau. "Même si ce n'est pas un couteau de Rambo c'est un couteau quand même et ça peut faire mal". Les deux policiers ont expliqué souffrir d'insomnie suite à cette agression qui les a beaucoup marqué. L'avocate de l'un d'entre eux, Me Djamila Berriah aurait voulu que l'acte terroriste soit retenu. 

L'avocate de l'un des policiers Me Djamila Berriah

Choix de la station

À venir dansDanssecondess