Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une dame de 92 ans violemment agressée en pleine rue à Béziers, ses agresseurs condamnés

vendredi 31 août 2018 à 3:33 Par Stefane Pocher, France Bleu Hérault et France Bleu

Deux habitants de Béziers ont été condamnés ce jeudi par le tribunal de Béziers à deux et six ans de prison ferme pour avoir agressé une femme de 92 ans, avant de lui voler son sac à main dans lequel se trouvait 1.500 euros en espèce.

Suspension d'audience au tribunal correctionnel de Béziers.
Suspension d'audience au tribunal correctionnel de Béziers. © Radio France - Gaëlle Schüller.

Béziers, France

Une femme de 92 ans a été violemment agressée en juin dernier, dans une rue de Béziers, alors qu'elle rentrait chez elle à proximité de la cathédrale. Les auteurs âgés de 20 et 28 ans, comparaissaient ce jeudi après-midi devant le tribunal correctionnel. Ces deux Biterrois, connus de la justice, ont été condamnés à deux et six ans de prison ferme

Une agression d'une extrême violence

Ces deux hommes, connus de la justice,  lui ont dérobé notamment 1.500 euros en liquide. Une somme qu’elle venait de retirer au Crédit Agricole sur les allées Paul Riquet à Béziers.  L'un d'entre eux se trouvait dans cette banque au moment de ce retrait.  Il l'a suivie à sa sortie avant d'appeler son complice.

Un vol en plein après-midi, il était 15h00 dans une rue à l’abri des regards alors que cette dernière regagnait son appartement,  pas bien loin de l'ancien tribunal. Son agresseur est arrivé par derrière. La victime s’est accrochée comme elle le pouvait à son sac et a été traînée sur plusieurs mètres.

Une agression d’une rare violence comme l'explique René Zerby, l’avocat de la partie civile

Cette grand-mère d’à peine cinquante kilos a tenté de s’accrocher comme elle le pouvait à son sac main.  Elle a été trainée sur plusieurs mètres. Finalement l’anse du sac s’est déchirée avant que cette mamie ne soit ne soit projetée au sol.  Son agresseur, a mis toute son énergie pour lui soutirer les billets pendant que son complice faisait le guet au coin de cette rue sombre.

"Elle gémissait au sol" raconte un témoin à son balcon, impuissant  à ce moment-là.  Les témoins parlent  d’une scène d’une rare violence.  

"Vous avez agi comme des prédateurs pour régler vos dettes" dit Luc Barbier, le  président du tribunal correctionnel de Béziers. "Auriez-vous eu le même comportement si c’était une troisième ligne de rugby ? Comment avez-vous pu vous en prendre à une dame de cet âge ? "

Les agresseurs sont des prédateurs. Ils ont bien choisi leur proie explique René Zerby, l’avocat de la partie civile

Une fracture au bassin et bras.  31 jours d’ITT.

La victime a été gravement blessée. Bras et bassin cassé. Aujourd’hui cette veuve, qui vivait seule chez elle, est dans un fauteuil roulant. Elle était si fière d’être totalement indépendante et autonome. Aujourd’hui, à peine remise de ses blessures elle a décidé de s’installer dans une maison retraite. 

"Vu son âge avancé, elle sait ô combien elle est une proie facile" dit son avocat . C’est la deuxième fois qu’elle est agressée dans le secteur.  Depuis son agression, elle se déplace uniquement en fauteuil roulant.  Ce qui lui est bien plus difficile pour se rendre dans son appartement situé au premier étage de son immeuble sans ascenseur, pas bien loin de l'ancien tribunal de Béziers.

Les agresseurs n’imaginaient que leur victime, comme ils l’ont rappelé à la barre  était « si vieille ».  Le tribunal est allé au-delà du réquisitoire. Le parquet avait réclamé 3 et 5 ans de prison.

Laurent Couderc, le substitut du procureur

Les agresseurs n’ont été interpellés que le 28 aout. Ils avaient quitté le pays.  L’auteur de l’agression,  28 ans était parti au Maroc pour se marier.  Il a financé en partie son voyage avec le butin dérobé.  Il s’est rendu au commissariat de Béziers à son retour en France, en se sachant recherché par les autorités. 

Le complice, le guetteur, 20 ans,  a été arrêté à son retour d’Espagne. Il était parti avec son père  pour rénover visiblement une maison en Costa Brava. 

Lui, il a utilisé son butin pour acheter des vêtements dit le procureur de la république. Pas pour se nourrir ou on régler ses dettes

Les deux hommes ont exprimé des remords à la barre.  Leurs avocats n’ont pas souhaité s’exprimer aprés l'audience.

Le plus jeune des deux avait un casier judiciaire vierge. Il était cependant connu pour une affaire de violence quand il était encore mineur. Il vivait chez son père à Béziers. 

Le plus âgé, intérimaire et endetté par les factures  a déjà été condamné à 8 reprises pour vols, recel et conduite sans permis de conduire.