Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux millions d'euros d'amende requis contre Ikea France poursuivi pour avoir espionné des salariés

-
Par , France Bleu

Le parquet de Versailles a requis mardi deux millions d'euros d'amende contre Ikea France, filiale française du géant de l'ameublement suédois, poursuivie pour avoir espionné plusieurs centaines de salariés, dont des syndicalistes.

Le parquet de Versailles a requis mardi deux millions d'euros d'amende contre Ikea France, filiale française du géant de l'ameublement suédois, poursuivie pour avoir espionné plusieurs centaines de salariés, dont des syndicalistes.
Le parquet de Versailles a requis mardi deux millions d'euros d'amende contre Ikea France, filiale française du géant de l'ameublement suédois, poursuivie pour avoir espionné plusieurs centaines de salariés, dont des syndicalistes. © Maxppp - Vincent Isore/IP3

Le parquet de Versailles a requis mardi deux millions d'euros d'amende contre Ikea France, filiale française du géant de l'ameublement suédois, poursuivie pour avoir espionné plusieurs centaines de salariés, dont des syndicalistes. 

"L'enjeu" de ce procès est celui "de la protection de nos vies privées par rapport à une menace, celle de la surveillance de masse", a déclaré la procureure Paméla Tabardel devant le tribunal, en demandant que la réponse pénale soit un "message fort" envoyé à "toutes les sociétés commerciales". 

Un an de prison ferme requis contre un ex-PDG

Trois ans de prison, dont un an ferme, ont également été requis contre un ex-PDG, poursuivi pour avoir ordonné la mise en place de ce système de surveillance illégal de salariés ou de candidats à l'embauche dans l'entreprise. 

"Je souhaite une peine qui marque la vie de Jean-Louis Baillot", a expliqué la procureure Paméla Tabardel devant le tribunal, affirmant que la "politique initiée" par l'ancien responsable avait affecté la vie de près de 400 salariés ayant fait l'objet d'"enquêtes privées" entre 2009 et 2012.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess