Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux mois après la mort de Sébastien, sa famille lance un nouvel appel pour retrouver le chauffard

lundi 8 octobre 2018 à 18:26 Par Leila Benjelloun, France Bleu Gascogne

Sébastien a été tué par un chauffard à Orthevielle le 4 août 2018. Il rentrait à pied des fêtes de Peyrehorade au petit matin. Deux mois après, Virginie Caudron, la tante du jeune militaire, lance un nouvel appel pour retrouver l'automobiliste en fuite.

 Sébastien, tué par un chauffard le 4 août 2018 à Orthevielle
Sébastien, tué par un chauffard le 4 août 2018 à Orthevielle - Photo transmise par la famille de Sébastien

Port-de-Lanne, France

Un peu plus de deux mois après le drame, les enquêteurs disposent toujours de très peu d'éléments.  Aucun témoin direct ne s'est fait connaitre. Les gendarmes essayent de retrouver la voiture du chauffard. Ils tentent de faire parler les débris retrouvés sur les lieux de l'accident. Ils peuvent appartenir à 9 modèles différents de voiture des marques Peugeot ou Citroën. Un appel à témoin a été lancé en août dernier. Les gendarmes ont reçu très peu de signalement. Toutes les brigades de la région travaillent également sur l'enquête : elles vérifient elles-aussi les éventuelles voitures accidentées.  L'autopsie a permis de préciser les circonstances du drame : Sébastien était couché sur le bord de la chaussée quand le véhicule lui a roulé dessus.

Virginie Caudron est le témoin de l'actu ce mardi 9 octobre 2018 à 7h45 sur France Bleu Gascogne

France Bleu Gascogne : vous ne connaissez toujours pas l'identité de l'automobiliste qui a écrasé votre neveu Sébastien. Comment le vivez-vous dans la famille ?

Virginie Caudron : C'est très dur, surtout pour mon frère, ma belle-sœur et ma nièce de 15 ans. On les épaule comme on peut mais c'est très compliqué. Ils ne dorment pas, ils mangent très peu. C'est très dur pour la petite sœur. Le fait de ne pas savoir, de rester avec des questions sans réponse, de ne pas comprendre, c'est très dur....

C'est quoi ces questions sans réponse ?

Pourquoi il ne s'est pas arrêté ? Il n'a pas fauché un animal, il a fauché un jeune de 21 ans qui commençait sa vie. 

Ne pas s'arrêter, ne pas porter secours, ne pas appeler les pompiers : pourquoi ne pas avoir fait un geste humain le jour du drame ?

Pourquoi ce nouvel appel à témoin plus de deux mois après le drame ?

On ne peut pas rester sans savoir ce qui s'est passé. On ne peut pas vivre une vie normale en se disant que "le tueur" de Sébastien, car pour moi c'est un tueur,  vit normalement, dort tranquillement, continue à manger, à travailler et peut-être à s'occuper de ses enfants. Ce n'est pas normal.

Il faut qu'il se dénonce. Il faut que les gendarmes le retrouvent. C'est pour ça qu'on demande l'aide de tout le monde. On fait des partages sur Facebook, on fait appel à des radios comme la votre. On veut que les gens soient touchés par l'histoire qui arrive à mon frère et ma belle-sœur. Ça peut toucher tout le monde. Personne n'est à l'abri de perdre un enfant un jour dans une telle tragédie.

Qu'est-ce que vous auriez envie de dire à ce chauffard ?

Avec la colère, je voudrais lui dire que c'est un monstre. On ne laisse pas un être humain sur le bord d'une route. Et après, je voudrais lui dire qu'il ne risque pas grand chose. Il risque peut-être de la prison avec sursis, peut-être une forte amende...

Et pour lui, je voudrais lui dire que qu'il risque, c'est la paix. S'il se dénonce, il va être enfin en paix parce que je ne peux pas croire qu'il se lève le matin et qu'il est serein. Ce n'est pas possible.

Je voudrais lui dire aussi que les parents de Sébastien ont besoin de connaitre le visage de la personne qui a ôté la vie de leur fils. Pas pour faire un deuil mais pour être apaisés. Ils ont besoin d'apaisement.