Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pierre Botton est de retour devant la justice, 20 ans après sa condamnation

-
Par , France Bleu

Pierre Botton, l'homme d'affaires qui avait défrayé la chronique dans les années 90 en entraînant dans sa chute son ex-beau père, l'ancien ministre et maire de Lyon Michel Noir retourne devant le tribunal mercredi. Il est soupçonné d'avoir floué son association en faveur des détenus.

Soupçonné d'avoir floué son association, Pierre Botton retourne au tribunal.
Soupçonné d'avoir floué son association, Pierre Botton retourne au tribunal. © AFP - FRANCOIS GUILLOT

Après 20 mois de détention dans les années 1990, l'ex-homme d'affaires Pierre Botton s'était engagé pour "changer la prison". Mercredi, il retourne devant un tribunal, soupçonné d'avoir détourné l'argent de son association de lutte contre la récidive. L'ancienne présidente de l'association et ex-femme de Pierre Botton, Anne-Valérie Noir, est jugée pour abus de confiance. Cet après-midi, l'audience devant le tribunal correctionnel de Paris risque d'être renvoyée en raison de la grève des avocats.

La prison a sauvé ma vie - Pierre Botton

Condamné en 1996 pour abus de bien sociaux, Pierre Botton avait redoré son image à sa sortie de prison en militant pour améliorer les conditions de détention des condamnés à des peines de moins de cinq ans, hors crimes sexuels et crimes de sang, et lutter contre la récidive. Profondément marqué par son expérience carcérale, il avait fondé l'association "Prisons du cœur" qui deviendra ensuite "Ensemble contre la récidive". La ministre de la justice Michèle Alliot-Marie lui avait même confié une mission visant à atténuer le "choc carcéral".

"La prison a sauvé ma vie", déclare-t-il en 2011. "J'étais en train de me perdre, je n'avais qu'une valeur: réussir, être riche. J'aimerais aider un certain nombre de détenus à ne pas se perdre, à réussir leur vie." Des groupes comme Axa, Vinci ou Schneider deviennent mécènes. Michel Drucker ou Yannick Noah notamment participent à ses campagnes.

En 2012, il tente de lancer une prison expérimentale "sans grillage ni barbelé" dans le Jura ; c'est finalement un "centre de réinsertion" pilote qui ouvre en Isère.

Soupçonné d'avoir détourné l'argent de son association

Devant le tribunal correctionnel, Pierre Botton va devoir répondre d'une dizaine d'infractions au total. Pour l'essentiel, des soupçons de détournement d'argent de son association de lutte contre la récidive, entre entre 2013 et 2017. L'association a été dissoute depuis. 

Des factures allant jusqu'à 515.619 euros pour l'une d'elle, qui aurait servit pour la réalisation de travaux dans son domicile parisien, des frais de voyages, de restauration, d'hôtellerie de luxe ou encore le versement de loyers d'une villa à Cannes. Villa qu'il avait en réalité léguée à deux de ses filles, via une société civile immobilière.   

Un système de fraude, selon le parquet de Paris qui a ouvert une enquête en 2017 après un signalement du service anti-blanchiment de Bercy, Tracfin.

Pierre Botton conteste

Pierre Botton entend contester formellement devant ses juges. Selon son avocat, un contrôle fiscal en 2016 a validé "95%" des dépenses concernées. Me Jérôme-Marc Bertrand assure que les frais imputés étaient bel et bien liés à des activités professionnelles. 

Il a regretté que l'enquête soit restée entre les mains du parquet et qu'une instruction n'ait pas été ouverte. "On a une enquête à charge du début à la fin, qui n'interroge pas les bonnes personnes, qui n'étudie pas les bonnes factures et surtout, qui garde des œillères jusqu'au bout."  

L'avocate d'Anne-Valérie Noir, l'ancienne présidente de l'association, Me Odile Garlin-Ferrard, a également déploré que le dossier n'ait pas été confié à un juge et que des confrontations n'aient pas été organisées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu