Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

20 ans de réclusion criminelle pour l’entraîneur de foot pédophile

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Laurent Belmonte, l'ancien entraîneur de foot d'Autignac (Hérault) a été condamné ce vendredi à 20 ans de réclusion criminelle pour viols et agressions sexuelles sur des fillettes et sur sa propre épouse.

 L'homme a été condamné à 20 ans de réclusion
L'homme a été condamné à 20 ans de réclusion © Radio France - Hamdaoui

Autignac, France

Depuis lundi, Laurent Belmonte, ancien entraîneur de football de la petite commune d'Autignac comparaissait devant la cour d'assises pour avoir violé et agressé sexuellement des fillettes de 8 à 10 ans entre 2014 et 2016 et pour avoir drogué et violé son épouse pendant son sommeil, la prenant en photo des centaines de fois.

L'homme qui avait gagné la confiance des parents, accueillait chez lui les enfants après l'entraînement de foot, les garçons restaient dans le séjour pour jouer aux jeux vidéo, tandis que les filles étaient régulièrement invitées à monter dans la chambre. C'est là qu'il demandait des caresses, imposait des pénétrations. 

Un "complot" selon l'entraîneur

Durant les cinq jours d'audience, Laurent Belmonte n'a cessé de clamer son innocence, affirmant qu'il s'agissait d'un complot orchestré par son épouse. Les avocats des petites filles et de leur famille ont insisté pour qu'il reconnaisse les faits, une reconnaissance indispensable pour la reconstruction des victimes. En vain.

La cour d'assises a reconnu la culpabilité de l'accusé et l'a condamné à 20 ans de réclusion criminelle. L'homme a été condamné à un suivi socio judiciaire pendant 10 ans (sept ans de prison en plus en cas de non respect).