Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

200.000 euros d'amende requis contre l'usine Renault de Cléon jugée pour homicide involontaire

Renault jugé pour homicide involontaire devant le tribunal correctionnel de Rouen, ce mardi. En mars 2016, à l'usine de Cléon, un technicien de maintenance de 33 ans était décédé après avoir été écrasé par le caisson d'une machine sur laquelle il intervenait.

Le tribunal correctionnel de Rouen rendra sa décision le 31 mai 2021.
Le tribunal correctionnel de Rouen rendra sa décision le 31 mai 2021. © Radio France - Christine Wurtz

L'affaire avait été plaidée il y a deux ans, mais le tribunal avait demandé un supplément d'information. Une vingtaine de salariés de l'usine ont donc été entendus ou réentendus l'an dernier dans ce dossier, vieux de cinq ans maintenant. Le 10 mars 2016, Jérôme Deschamps, un technicien de maintenance de 33 ans, père de deux enfants, avait été écrasé par le caisson d'une machine sur laquelle il intervenait. Il était mort sept jours plus tard à l'hôpital. L'usine Renault de Cléon et le groupe Renault SAS sont poursuivis pour homicide involontaire. Karim Berbra défend les intérêts de la famille. "Ce supplément d'information, il a confirmé qu'il y avait une organisation du travail qui était totalement défaillante dans l'usine et qui a abouti à la mort d'un homme"

Défaut de formation, absence d'évaluation des risques, pointe la Procureure, qui requiert la peine maximale pour une personne morale : 200.000 euros d'amende. Le syndicat CGT s'est constitué partie civile aux côtés de la famille de la victime. Il y a le travail prescrit : la théorie et les procédures préconisées par l'entreprise, et le travail réel : celui qui se fait dans les ateliers sous la pression explique William Audoux, salarié de l'usine et secrétaire de la CGT chez Renault à Cléon. "Parce qu'un salarié aujourd'hui doit tenir trois postes en même temps, parce qu'il y a une pression pour sortir la production, ça génère évidemment des accidents". Deux fois plus d'accidents en deux ans dans l'usine de Carhaix en Bretagne, selon la CGT. La défense du groupe continue, elle, de plaider "l'imprudence et l'inconscience" de Jérôme Deschamps qui aurait détourné les règles de sécurité élémentaires. En 15 ans chez Renault, le jeune homme avait reçu 37 formations en lien avec la sécurité selon les avocats de Renault, certes, mais aucune sur le fonctionnement et la maintenance de la machine qui l'a tué. Le tribunal rendra son jugement le 31 mai 2021.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess