Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

200 migrants en provenance de Grande-Synthe sont arrivés dans la Somme

mercredi 24 octobre 2018 à 8:30 Par François Sauvestre, France Bleu Picardie et France Bleu

Le campement de migrants de Grande-Synthe, près de Dunkerque, a été une nouvelle fois démantelé ce mardi. 1.800 personnes, essentiellement des hommes, ont été envoyées vers des centres d'hébergement d'urgence. 200 sont accueillies dans les gymnases de trois communes de la Somme.

Illustration : l'évacuation d'un campement de Grande-Synthe en juin 2018
Illustration : l'évacuation d'un campement de Grande-Synthe en juin 2018 © Maxppp - Marc Demeure

Amiens, France

Près de 1.800 migrants ont été évacués ce mardi 23 octobre 2018 du campement de Grande-Synthe, dans le Nord. La préfecture des Hauts-de-France a affrété des bus pour répartir ces personnes, essentiellement des hommes, vers des hébergements d'urgence, "pour les mettre à l'abri", rappellent les services de l’État. 

Dans la Somme, trois communes - Moreuil, Friville-Escarbotin et Longueau - ont accepté d'ouvrir les portes de leurs gymnases pour deux semaines.

Reportage auprès des habitants de Friville-Escarbotin

A Friville-Escarbotin, 80 migrants sont arrivés à la mi-journée. Le maire, David Lefèvre dit agir "par solidarité avec son collègue de Grande-Synthe". Dans les rues de la commune, les avis sont partagés sur cette arrivée. Certains "ont peur" sans vraiment pouvoir l'expliquer, d'autres craignent "le coût de l'opération". Mais la mairie ne dépensera "pas un euro", rappelle le préfet de la Somme, Philippe De Mester.

Philippe De Mestre, préfet de la Somme

Au cas par cas

A Longueau, 50 migrants, là encore des hommes surtout, sont hébergés dans un gymnase tout comme à Moreuil, au sud d'Amiens. "Tout s'est très bien déroulé", a précisé ce mercredi matin, Pierre Boulanger, le maire de la commune invité de France Bleu Picardie. 

Pendant deux semaines, ils vont être entendus par les services de l'Etat qui vont examiner leur situation pour savoir s'il peuvent décrocher le statut de réfugiés. La majeure partie de ces migrants veut toujours aller en Angleterre.

Pierre Boulanger, maire de Moreuil