Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

201% de taux d'occupation à la maison d'arrêt de Caen : les avocats tirent la sonnette d'alarme

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Les avocats du barreau de Caen tirent la sonnette d'alarme sur la surpopulation à la maison d'arrêt de Caen. Elle accueille deux fois plus de détenus que sa capacité ne le lui permet. 446 pour 222 places au 1er juin. Le taux d'occupation dépasse les 200%.

Vétuste et surpeuplée, la maison d'arrêt de Caen doit être reconstruite à Ifs, au sud de l'agglomération caennaise, mais pas avant 2022.
Vétuste et surpeuplée, la maison d'arrêt de Caen doit être reconstruite à Ifs, au sud de l'agglomération caennaise, mais pas avant 2022. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Caen, France

Le problème n'est pas nouveau à Caen où la maison d'arrêt est vétuste et surpeuplée. Mais il est devenu tel que les avocats du barreau de Caen ont voté une motion pour exprimer leur inquiétudes et demander des mesures d'urgence. "Il est impossible de considérer qu'un tel taux d'occupation permette des conditions de détention respectant la dignité humaine" écrivent-ils. Et la construction de la nouvelle maison d'arrêt à Ifs au sud de Caen ne va pas régler le problème dans l'immédiat, car l'établissement ne sera livré au mieux que fin 2022. "On ne peut pas continuer dans ces conditions, s'alarme Gabriel Sibout, avocat caennais. Nos clients, les détenus, expriment une exaspération telle que nous pouvons craindre des dérapages. Ils sont entassés les uns sur les autres, les conditions d'hygiène sont déplorables". Tout aussi préoccupant, l'impossibilité d'envisager un travail de réinsertion dans ces conditions. "Les personnels pénitentiaires font ce qu'ils peuvent, mais pour eux aussi la situation est intenable".

Trop peu de mesures d'aménagement de peines à Caen

Les avocats réclament des mesures d'urgence comme le transfert de détenus vers d'autres établissements, même s'ils le savent bien, la problématique de la surpopulation carcérale existe ailleurs. Ils regrettent également un manque de recours aux aménagement de peine, qui permettent pourtant d'éviter des incarcérations pour des courtes peines. "90 aménagements seulement ont été prononcés en 2018, contre 188 en 2014 ! s'indigne Gabriel Sibout. Ce sont pourtant des dispositions légales, et qui permettraient de désengorger la prison". A la maison d'arrêt de Caen, deux suicides ont été constatés en 2018. Il n'y en avait eu aucun en 2016 et 2017. 

Choix de la station

France Bleu