Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A 208 km/h sur la voie rapide Nantes-Rennes

mardi 1 décembre 2015 à 11:22 Par Pascal Roche, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Un automobiliste a été intercepté samedi par les gendarmes alors qu'il roulait à 208 km/h sur la quatre voies entre Rennes et Nantes. L'homme a expliqué qu'il voulait rattraper des amis !

contrôle radar gendarmerie @maxppp
contrôle radar gendarmerie @maxppp - @maxppp

Loire-Atlantique, France

Un chef d'entreprise de 38 ans a été contrôlé à 208 km/h samedi sur la route nationale qui relie Nantes à Rennes sur la commune de Jans dans le nord de la Loire-Atlantique. Au volant de sa Renault Mégane RS, il a été pris en chasse par une autre Mégane RS, celle des gendarmes de l'équipe rapide d'intervention. L'automobiliste a été rattrapé assez facilement car la circulation était dense sur ce tronçon de la Nationale 137 et il a dû ralentir, ce qui a aidé les gendarmes à l'intercepter.

Il voulait rattraper des amis partis devant lui

Pour expliquer son comportement au volant, l'homme a raconté qu'il était en retard et qu'il voulait rattraper les amis qui roulaient devant lui, il a donc appuyé sur le champignon alors que la vitesse est limitée à 110 km/h. Le chauffard sera jugé en janvier prochain, il sera poursuivi pour grand excès de vitesse (plus de 50 km/h par rapport au seuil autorisé). En attendant, l'homme n'a plus de permis, il lui a été confisqué pour une période de 6 mois mais il risque 3 ans de suspension.