Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Islamisme : une vingtaine d'individus surveillés de près en Limousin

-
Par , France Bleu Limousin
Limousin, France

Selon la commission d'enquête parlementaire sur la "surveillance des filières et des individus djihadistes", 21 personnes sont signalées en Limousin comme étant en voie de radicalisation islamiste. Le plus souvent, ce signalement émane des familles ou des proches.

La plateforme de lutte contre la radicalisation
La plateforme de lutte contre la radicalisation © Maxppp - Julio Pelaez

Cette semaine, une mère de famille s'inquiète auprès d'un membre de l'association des musulmans de Limoges: son fils de 14 ans se réjouit des attentats de Paris. Elle est démunie. Au tout départ, c'est ce genre d'alerte qui permet de lutter le plus tôt possible contre la radicalisation. Les moyens de signalement sont multiples: un numéro vert pour les familles ou l'entourage (0 800 005 696), une cellule de suivi dans les préfectures ou même les équipes éducatives dans les écoles.

Douze en Corrèze, neuf en Haute-Vienne

Sur les 4.000 personnes signalées en France comme étant en voie de radicalisation ou déjà radicalisées, la commission d'enquête parlementaire en dénombrait neuf en Haute-Vienne et 12 en Corrèze au mois de juin dernier, surtout des jeunes et souvent des hommes. Le principe c'est que les pouvoirs publics, les services sociaux et autres partenaires collaborent pour surveiller leur évolution.

On sait, par ailleurs, qu'en Limousin quelques individus font l'objet d'une fiche "S". les uns et les autres sont-ils les mêmes ? La réponse est claire: non. Les jeunes dont on parle sont en risque de radicalisation, pas des candidats immédiats au djihad, et tout l'objet c'est justement d'éviter qu'il ne mettent les deux pieds dedans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess