Faits divers – Justice

25% de territoire en plus à couvrir pour les policiers de Périgueux, sans effectifs supplémentaires

Par Morgane Schertzinger, France Bleu Périgord mercredi 7 septembre 2016 à 19:35

Laëtitia Philippon est la directrice départementale de la sécurité publique en Dordogne.
Laëtitia Philippon est la directrice départementale de la sécurité publique en Dordogne. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord

A compter du jeudi 15 septembre, la nouvelle commune de Boulazac-Isle-Manoire va passer en zone police. Les 152 fonctionnaires de police patrouilleront sur un territoire 25% plus grand qu'actuellement, mais à effectif constant.

Les habitants des anciennes communes d'Atur et de Saint-Laurent-sur-Manoire devront désormais, en cas de plainte à déposer, se tourner vers la police et non plus vers la gendarmerie. A partir du 15 septembre donc, lorsqu'ils composeront le 17, ils seront directement mis en relation avec les policiers.

Depuis le 1er janvier dernier, Boulazac, qui était en zone police, a fusionné avec les communes d'Atur et de Saint-Laurent-sur-Manoire, alors en zone gendarmerie. Pour marquer une uniformité au sein de la nouvelle commune de Boulazac-Isle-Manoire, tout le territoire passe en zone police.

Un territoire 25 % plus grand...

Avec ce transfert de compétences, les policiers de la circonscription de Périgueux se retrouvent à couvrir un territoire 25% plus grand qu'actuellement. Les patrouilles vont donc devoir se déployer d'Atur à Chancelade, d'après Laetitia Philippon, la directrice départementale de la sécurité publique en Dordogne, au micro France Bleu Périgord :

ECOUTER | Laëtitia Philippon, directrice départementale de la sécurité publique en Dordogne

... à effectif constant

Le territoire sera donc plus grand à couvrir, mais pour l'instant les effectifs ne suivent pas. Une période de test de trois à six mois va permettre d'évaluer le nombre de fonctionnaires de police nécessaires dans la circonscription. Des renforts pourraient alors peut-être arriver dans quelques mois. La directrice départementale en a en tout cas fait la demande.

Contrainte de travailler avec les mêmes effectifs, Laetitia Philippon se rassure : "Nous avons l'habitude de se déployer sur des territoires plus étendus. Nous l'avions déjà fait en 2003 lorsque Chancelade et Marsac avaient rejoint la circonscription de Périgueux."

Le passage des anciennes communes d'Atur et de Saint-Laurent-sur-Manoire en zone police ne devrait donner un peu plus de travail aux policiers, "mais de façon modérée." Et pour cause, la gendarmerie enregistrait "peu de plaintes" sur ces communes : 300 par an environ. "Cela représente 2% des interventions que l'on mène sur toute la circonscription", conclut Laetitia Philippon.