Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès de la gourou de la  ferme des 2 soleils à Servance : le mécanisme d'emprise détaillé

mardi 2 octobre 2018 à 15:37 Par Jean-François Fernandez, France Bleu Armorique, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon

Pour le 2eme jour de procès de Luce B, qui est jugée pour avoir été le gourou d'une secte en Haute-Saône, les expert démontrent le mécanisme de prise d'emprise sur les membres. La gérante de la ferme des deux soleils est jugée pour abus de faiblesse devant le tribunal de Vesoul.

Procès de la ferme des deux soleils, considérée comme une secte.
Procès de la ferme des deux soleils, considérée comme une secte. © Radio France - Jean-François Fernandez

Vesoul, France

Luce B, la présumée gourou de la ferme des 2 soleils à Servance en Haute-Saône est toujours dans la nature. Son procès se déroule sans elle. Cette femme de 55 ans s'est désormais installée en Bretagne, à Mauron, dans la forêt de Broceliande.  Son procès se tient jusqu'à mardi soir devant le tribunal de Vesoul.

Après avoir entendu les 14 victimes qui se sont portées parties civiles dans cette affaire, le tribunal s'est penché pour cette seconde journée de procès sur la personnalité de l'accusée. Deux experts, l'un psychiatre et l'autre psychologue l'ont longuement reçue dans le cadre de l'enquête. Ils ne sont pas présent. La présidente Claire-Marie Casanova fait donc lecture de leur rapports.

Une pratique de la psychothérapie qui relève de l'imposture

L'expert psychologue qui s'est entretenu avec Luce B explique qu'elle est convaincue d'avoir un don depuis toute petite. Elle voyait "des fils colorés à la place des gens". Devenue adulte, elle a trouvé une explication mystique à ces visions. A 25 ans, elle effectue des recherches dans les livres. Elle s'imprègne de tout ce qu'elle lit et finit par adopter une technique qui selon l'expert est du « bricolage de croyances mystico-ésotérique ». L'expert explique qu'elle présente une rigidité psychologique, qu'elle a une conviction totale dans ces croyances mystiques.

Fort de ce "savoir", en 2005 elle ouvre à Belfort un cabinet. Elle propose à ses patients une « guérison spirituelle ». Pour cet expert, la pratique de la psychothérapie relève de l'imposture.

Le mécanisme se met en place

Les personnes qu'elle reçoit sont des personnes qui a un moment dans leur vie ont un problème et sont en quête de sens. C'est à ce moment qu'elle devient la gourou. 

Elle choisit parmi ses patients les futurs membres du groupe (de 20 personnes). En fonction des attentes de chacun, elle propose une thérapie adaptée. C'est en ce sens que la justice estime qu'il y a abus de faiblesse.

Son discours n'est jamais remis en cause par les membres, car comme dans toutes les sectes les victimes sont prises par une lourde charge de travail (les travaux à la ferme et le maraîchage), avec aucun moment de répit pour une remise ne cause.

Lors de son entretien avec Luce B, l'expert psychiatre note lui que ses réponses manquent de sincérité. Elle est toujours dans le contrôle. Elle se montre fuyante, sur la défensive.

Une femme qui veut diriger et protèger

Bertrand Phesans, expert près la cours d'appel de Paris spécialisé en psychologie a auditionné les victimes.  Il note tout de suite le problème de manque de présence de la mère de Luce B dans son enfance. Elle est la 4ème d'une fratrie de 5 enfants. Le 2eme, un petit frère, meurt très jeune. Le dernier, son petit frère se suicide quand il est adulte. L'expert note qu'elle porte le prénom de Luce et que le frère qui se suicide portait le prénom de Luc.  

Le phénomène d'emprise suppose deux personnes, il faut celui qui croit et celui qui veut faire croire" Bertrand Phesans, expert près la cours d'appel de Paris spécialisé en psychologie

Bertrand Phesans, expert près la cours d'appel de Paris spécialisé en psychologie

Pour cet expert, c'est certainement de là que provient ce besoin de devenir la mère protectrice. Elle a besoin de devenir celle qu'on écoute, de recréer cette fratrie écroulée. Elle prend cette place dans le groupe, avec des membres qui boivent ses paroles et visions, sans aucune remise en cause.

Elle a un manque total d'affectivité envers les membres de son groupe. Elle choisit d'ailleurs chaque membre en fonction de la place qu'il occupera dans la ferme.