Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : L'affaire de pédophilie à l'école de Villefontaine

Trois ans après le suicide de Romain Farina, non-lieu dans l'affaire de pédophilie à l'école de Villefontaine

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Ce non-lieu est logique en raison du suicide du suspect, en avril 2016. Mais la justice avait voulu poursuivre le travail d'enquête pour établir le nombre de petites victimes. Aujourd'hui, des avocats réclament des investigations sur l'éventuelle responsabilité de l'Education nationale.

Le groupe scolaire du Mas de la Raz, à Villefontaine.
Le groupe scolaire du Mas de la Raz, à Villefontaine. © Radio France - Céline Loizeau

Villefontaine, France

Il y a 4 ans éclatait l'affaire Farina, du nom du directeur de l'école du Mas de la Raz, à Villefontaine. Un homme, père de famille alors âgé de 46 ans, placé en détention pour des soupçons d'agressions sexuelles et de viols sur des élèves, au sein de l'école. Romain Farina s'est suicidé, un an après, en avril 2016.

Malgré son décès, qui rend impossible toute poursuite à son égard, la justice avait poursuivi le travail d'enquête pour déterminer le nombre de victimes en exploitant notamment des fichiers informatiques retrouvés chez lui. Un total de quelque 500 000 photos et 11 000 vidéos pédo-pornographiques.

Des plaintes avaient été déposées pour des enfants d'autres écoles où il avait enseigné : d'autres établissements de Villefontaine, mais aussi Saint-Clair-de-la- Tour, Les Avenières, Vénissieux. On se souvient que cette affaire avait mis en avant le fait que cet homme avait été condamné par le tribunal de Bourgoin-Jallieu, en 2008, pour recel de fichiers pédopornographiques, sans que sa hiérarchie en soit informée. 

Comme l'a révélé dans l'après-midi Le Dauphiné Libéré sur son site internet, les juges d'instruction ont rendu ce lundi une ordonnance de non-lieu. Démarche classique en raison du décès du suspect. 

Comme le précise à France Bleu Isère le parquet de Grenoble, pour 45 enfants, après enquête, la justice estime qu'il existe des charges suffisantes pour ordonner une mise en accusation devant la cour d'assises du suspect. Pour 30 autres, elle considère en revanche qu’il n’existe pas de charges suffisantes pour renvoi.

Les réactions de deux avocats de familles

Me Reviron défend six familles de Villefontaine. Pour quatre enfants, l'instruction considère que -eu égard aux déclarations des enfants, du suspect ou des investigations technique- il apparaît qu'il y aurait eu des charges suffisantes pour renvoyer Romain Farina devant les Assises. Pour deux autres non.

Me Patrice Reviron

Me Rajon suit les dossiers d'une dizaine de familles réunies au sein du collectif des parents de Saint-Clair-de-la-Tour. Et pour lui, ce non-lieu n'est pas la dernière étape de "l'un des plus grands scandales de pédophilie au sein de l'école."

Me Fabien Rajon

La réaction du papa d'une des petites victimes

La fille de Nidal était scolarisée dans la classe de CP de Romain Farina en 2014-2015.

Nidal, papa d'une des petites victimes de Villefontaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu