Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Affaire Mila

Menaces de mort et de viol contre la jeune Mila : première condamnation en France contre un Gersois

L'homme de 23 ans était jugé ce jeudi après-midi en comparution immédiate par le tribunal d'Auch (Gers). Il est condamné à trois ans de prison dont un an et demi ferme, et mandat de dépôt. C'est le double de ce que demandait le parquet.

L'homme a été jugé sous le régime de la comparution immédiate (photo d'illustration)
L'homme a été jugé sous le régime de la comparution immédiate (photo d'illustration) © Maxppp - IP3 PRESS

Ce jeudi 1er octobre, le tribunal d'Auch (Gers) a condamné à trois ans de prison dont la moitié ferme, un homme de 23 ans poursuivi pour avoir menacé de mort et de viol la jeune Mila. Des menaces par le biais de vidéos postées sur internet. Depuis que la jeune Iséroise a critiqué l'Islam sur internet en janvier dernier, elle fait l'objet de menaces de ce genre. 

Si en août, un homme a été condamné à Malte pour avoir menacé de viol la lycéenne alors en voyage linguistique sur l'île, ce jeudi, pour la première fois, la justice française consacrait un procès à des faits du même genre pour des propos visant Mila. Les faits à l'origine de cette affaire, en janvier, eux, font toujours l'objet d'investigations dans le cadre d'une information judiciaire. 

Quatre vidéos postées mi-septembre

Les 12 et 13 septembre, ce Gersois publie quatre vidéos sur internet. Il menace la jeune fille de viol, mime un égorgement, insulte également la maman de Mila. Il a été interpellé cette semaine à son domicile de Riscle (Gers). Placé sous curatelle renforcée, mais ne souffrant d'aucune pathologie mentale, cet homme de 23 ans a une intelligence limitée selon le rapport d'expertise. Il reconnaît les faits

S'il ne se revendique d'aucune religion, il estime que de part ses origines paternelles -un homme de nationalité sénégalaise qui ne l'a pas élevé-, il devrait être musulman. Pour lui, les propos de Mila sont une insulte à l'adresse des musulmans.

"L'espoir d'un coup d'arrêt" avec cette peine plus forte que les réquisitions

Le ministère public a demandé 18 mois de prison dont la moitié avec sursis probatoire, avec mandat de dépôt. L'homme écope du double, soit trois ans de prison dont la moitié ferme avec mandat de dépôt. Il a donc été écroué à l'issue de son procès. Pour Me Éric Mathias, qui défendait Mila lors de ce procès, il était important que la justice décide d'un procès en comparution immédiate, pour qu'il y ait une réponse rapide.

Il est aussi satisfait car il y a eu une "réponse forte" avec cette peine plus sévère que les réquisitions : "C'est l'espoir d'un coup d'arrêt (...) empêcher des personnes qui pourraient à leur tour intimider selon les mêmes procédés, de s'engager dans la voie du mimétisme. C'est une façon de les tenir en respect. Et je pense que c'est un premier soulagement - un bien mince soulagement - parce que la vie continue chaque jour durant pour Mila et sa famille, l'affaire d'une claustration permanente et d'une crainte, celle d'être attaquées, violentées à n'importe quel moment. Mais c'est déjà ça."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess