Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois ans de prison ferme pour avoir frappé des policiers d’Agde

jeudi 6 septembre 2018 à 6:07 Par Stefane Pocher, France Bleu Hérault et France Bleu

Un jeune homme était poursuivi ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Béziers pour avoir violemment frappé des policiers au cours de sa garde à vue à Agde. Il a été condamné à trois ans de prison ferme.

Salle des pas perdus du Palais de justice de Béziers
Salle des pas perdus du Palais de justice de Béziers © Radio France - Stéfane Pocher

Cap d'Agde, Agde, France

Trois ans de prison ferme ont été prononcés ce mercredi par le tribunal correctionnel de Béziers à l’encontre d’un jeune homme de 21 ans, ayant frappé des policiers au cours de sa garde à vue au commissariat d’Agde. Ce chômeur de Nébian (Hérault) vivant chez sa mère avait été arrêté dans la nuit dimanche à lundi à 4h30 pour outrage. Les forces de l’ordre intervenaient suite à une rixe, à la fermeture de la discothèque Amnésia sur l’Ile des Loisirs au Cap-d ’Agde. Ce jeune était ivre : 1,6 grammes d’alcool dans le sang. 

Au moment de son transfert à l’hôpital de Sète pour être vu par un médecin, vers 7h30, ce dernier s’est déchaîné sur les policiers en leur assénant de nombreux coups de poing et coups de pieds.

Une rare violence 

Il a fallu dix minutes aux forces de l’ordre pour le maitriser. Ses victimes sont en arrêts de travail. Des interruptions temporaires provisoires de 10 à 15 jours (suspicion de fracture du nez pour l'un d’entre eux.  Entorses du pouce et épanchement intra articulaire du genou pour les deux autres)

"Des faits d'une gravité extrême" a précisé Luc Barbier, le président du tribunal correctionnel de Béziers.  

"C'est insupportable de voir des policiers sans cesse agressés. C’est intolérable qu'on les considère comme des punching balls."

Ce jeune sans emploi n’a pas souhaité de délai pour préparer sa défense. À l'audience, il s'est excusé de son comportement en expliquant n'avoir aucun souvenir. 

"Je ne sais pas ce qui m'est arrivé. Je ne suis pas quelqu’un de nerveux habituellement. Je veux m’excuser auprès des policiers même si je ne me souviens de rien."

Bruno Leygue, l'un des avocats de la partie civile, a mis en avant un récent rapport précisant une forte hausse des agressions des policiers en tenue. Au regard de la gravité des faits, la justice a sans doute voulu donner un exemple, dixit  Bruno Leygue, l'un des avocats de la partie civile : "Trop de policiers agressés ces derniers années. Et l'alcool n'excuse pas tout".

Bruno Leygue, l'un des avocats de la partie civile

Le tribunal est allé au-delà du réquisitoire du procureur qui a réclamé quarante mois de prison dont dix avec sursis. 

"Je suis atterré par autant de violence.  Il est trop facile d’avoir des regrets et de rejeter ses responsabilités sur l’alcool." Le procureur de la république Yvon Calvet

L'alcool n'excuse pas tout dit Bruno Leygue, l'un des avocats de la partie civile

Ce jeune encourrait jusqu'à 14 ans de prisons car il était en récidive, après avoir été condamné à dix mois de prison avec sursis pour vol avec deux circonstances aggravantes quand il avait 15 ans. Il était en possession d’un couteau et avait frappé sa victime avec ses pieds. 

Ce jugement est considéré comme sévère par son avocate, Liliane Tchakoteu-Messabien. Mercredi soir, elle n’était pas en mesure de préciser si son client allait faire appel de cette condamnation. 

Liliane Tchakoteu-Messabien , l'avocate du jeune de 21 ans