Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trois ans de prison ferme pour l'ex-sénateur de Haute-Corse Joseph Castelli

-
Par , , France Bleu RCFM, France Bleu

Condamné à quatre ans dont trois fermes, 100.000 € d'amende, la confiscation d'une part de de sa villa, l'ex-sénateur Joseph Castelli est sous le coup d'un mandat de dépôt différé. Il doit se présenter au Parquet de Bastia d’ici un mois pour organiser son incarcération.

Le Tribunal Judicaire de Bastia dit avoir jugé un délit qui a porté atteinte à l'image de la bonne utilisation des fonds publics
Le Tribunal Judicaire de Bastia dit avoir jugé un délit qui a porté atteinte à l'image de la bonne utilisation des fonds publics © Radio France - Didier Arnoux

14h15, la sonnerie retentit. Le public venu en nombre, les avocats des différents protagonistes, le personnel judiciaire, tous sont debout pour accueillir le Président du Tribunal Judiciaire de Bastia. Jean-Bastien Risson s’installe à son fauteuil de Président. D’emblée, il prend la parole pour annoncer la lecture d’un délibéré très attendu.  

Patrick Brandizi et Charles Rugani sont présents, Paul di Luna est hospitalisé et représenté par son avocat. Joseph Castelli est également représenté par son avocat, Me Jean-Louis Seatelli. 

Le ton grave, le Président Risson explique qu’il va décliner les grandes lignes de l’ossature de la motivation du Tribunal. Le Jugement sera d’ailleurs disponible pour les avocats sitôt rendu. Et là, Jean-Bastien Risson de condamner le “système de fausses facturations en place pour dissimuler le financement de la villa de monsieur Castelli“ ( … ) “le délit qui a porté gravement atteinte à l’image de la bonne utilisation des deniers publics par les élus“.  

Joseph Castelli aurait fait réaliser des travaux dans sa villa de Penta di Casinca en échange de marchés publics accordés à des entreprises locales.

Joseph Castelli s’est servi de son statut d’élu pour détourner les procédures d’attribution des marchés publics et l’utilisation des deniers publics à des fins privées 

Vient ensuite le prononcé du jugement, les sanctions tombent.

  • Paul di Luna écope d’un an de prison, 15.000 € d’amende. Il pourra purger sa peine à domicile avec un bracelet électronique.
  • Charles Rugani est condamné à deux ans d’emprisonnement dont six mois assortis d’un sursis simple et 80.000 € d’amende.
  • Patrick Brandizi est condamné à deux ans d’emprisonnement dont six mois assortis d’un sursis simple et 250.000 € d’amende.  

Après le pan des entrepreneurs, l’heure est au jugement de l’élu. 

Joseph Castelli est condamné à quatre ans d’emprisonnement dont un an assorti d’un sursis simple.Il y a également lieu de décerner un mandat de dépôt à effet différé. Et afin de garantir la bonne mise à exécution de cette condamnation, ce mandat de dépôt est assorti de l’exécution provisoire ” précise le Président Risson qui égrène les peines annexes : 100.000 € d’amende ainsi que la confiscation à concurrence de 300.000 € de la villa de Penta di Casinca.  

Le Président Risson suspend l’audience. Me Jean-Louis Seatelli quitte la salle, contacte son client et exprime “sa surprise face à la sévérité de ce jugement”.

Me Jean-Louis Seatelli, avocat de Joseph Castelli

Joseph Castelli condamné à 4 ans de prison dont 3 fermes.
Joseph Castelli condamné à 4 ans de prison dont 3 fermes. © Radio France - Didier Arnoux

Dans le camp des entrepreneurs, Me Gilles Antomarchi est partagé entre satisfaction de voir son client, Charles Rugani, relaxé de certains faits et sévèrement condamné pour d’autres

Me Gilles Antomarchi, avocat de Charles Rugani

Pour conclure cette audience, le Président Jean-Bastien Risson indique aux condamnés qu’en cas de paiement de l’amende dans un délai d’un mois, ils bénéficient d’une diminution de 20 % sur la totalité de la somme à payer. 

L'information a pu paraître anecdotique pour les quatre condamnés de 1ere Instance qui ont, immédiatement, annoncé qu'ils faisaient appel du jugement du Tribunal Judiciaire de Bastia.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess