Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois mois d'emprisonnement pour un des deux hommes qui comparaissaient après les violences à Montpellier

lundi 16 avril 2018 à 18:08 Par Guillaume Roulland, France Bleu Hérault et France Bleu

Deux hommes comparaissaient ce lundi devant le tribunal correctionnel après les violences de samedi à Montpellier. L'un a été condamné à trois mois de prison ferme, l'autre a demandé à pouvoir bénéficier d'un délai pour être jugé. Une audience qui laisse un peu un goût d'inachevé.

Les deux hommes étaient jugés selon la procédure de comparution immédiate
Les deux hommes étaient jugés selon la procédure de comparution immédiate © Radio France - Guillaume Roulland

Montpellier, France

Le premier prévenu est âgé de 23 ans. Il est étudiant en 3e année de Lettres Modernes à Paul-Valéry et vit toujours chez sa mère, à Castries. Mais on en saura pas plus puisqu'il a obtenu le renvoi de son procès au mois de mai. Le second est un marginal de 31 ans, qui a manifestement confondu salle d'audience et salle de spectacle. Il s'agite en permanence, grimace, commente tout ce que dit le président du tribunal. Et quand ce dernier lui donne la parole, il explose en ces termes: "Votre monde libre est un enfer. .Je veux qu'on m'enferme. J'en ai marre de nettoyer votre merde. Vous êtes de mauvais êtres humains !" 

Un prévenu qui n'a manifestement pas toute sa raison

On est d'ailleurs pas étonné d'apprendre pendant l'audience que ce marginal a fait plusieurs séjours en hôpital psychiatrique pour divers épisodes psychotiques. 

Quand il ressort de son box après l'énoncé du jugement (trois mois de prison ferme), il propose aux magistrats de les insulter encore un peu plus pour être sûr de rester en prison plus longtemps.  On a envie de dire "tout ça pour ça", et on se demande surtout où réellement sont les vrais casseurs.