Faits divers – Justice

30 ans de réclusion criminelle pour Alain Delannoy aux assises de Haute-Loire

Par Julien Corbière, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu Saint-Étienne Loire samedi 19 avril 2014 à 0:18

Les amis de Gala, après l'énoncé du verdict au palais de justice du Puy-en-Velay
Les amis de Gala, après l'énoncé du verdict au palais de justice du Puy-en-Velay © Radio France - Rémi Brancato

Cet habitant d'Yssingeaux a été condamné à 30 ans de prison ferme et 18 ans de rétention de sûreté, vendredi soir, pour la séquestration, les viols et le meurtre de la lycéenne, âgée de 19 ans au moment des faits, en mars 2012.

La famille de Gala a dû, durant quatre jours, revivre le calvaire de la jeune fille, sa séquestration, les viols multiples qu'elle a subi et son meurtre. Alain Delannoy, 39 ans aujourd'hui, a été jugé coupable des crimes dont il était accusé.

Les proches de sa victime n'avaient pas pris la parole depuis mardi et l'ouverture du procès. Son frère a décidé de témoigner, pour lire un message écrit par sa mère. Selon ce message "les violences faites aux femmes ne sont pas des faits divers isolés".

Théo Mulard, le frère de Gala, après la condamnation d'Alain Delannoy

L'accusé encourait la perpétuité. Le dimanche 25 mars 2012 il avait forcé la jeune fille à monter dans son appartement, après une soirée chez deux amis en commun. Il l'avait ensuite violée à plusieurs reprises dans la nuit du dimanche au lundi, fumant du cannabis "en continu" selon ses mots. Le lendemain il avait abandonné la jeune fille dans son appartement, ligotée, pour rejoindre un ami, avant finalement d'enterrer son corps dans un bois près d'Yssingeaux.

Un procès "lourd et douloureux", Laure Heinich, avocate de la famille de Gala

Les parents et les deux frères de Gala ont du écouter ces faits, prononcés dans la bouche de l'accusé, pendant ces quatre jours d'audience. Pour Laure Heinich, l'avocate de la famille de Gala, c'est un verdict "humain" qui a été prononcé. Elle estime que le procès a été "lourd et très douloureux" et que les parents y ont "trouvé de la sérénité".

Laure Heinich, l'avocate de la famille de Gala

La défense d'Alain Delannoy avait mis en avant son parcours de vie chaotique, cette "descente aux enfers" décrite par l'expert psychiatre. L'accusé a connu un père violent, alcoolique et probablement pédophile. Pour Aurélie Chambon, l'un de ses deux avocats, ce n'est pas un "parcours normal, (...) il n'a pas eu les mêmes chances que les autres". Selon elle, "c'est un verdict qu'[Alain Delannoy comprend et qu'il accepte". A priori il ne devrait pas faire appel.

Proces Delannoy Verdict ENRO

Partager sur :