Faits divers – Justice

Trois cents nouvelles recrues de la police nationale dans les Bouches-du-Rhône

Par Violette Artaud, France Bleu Provence jeudi 1 septembre 2016 à 17:03

Les recrues de la police nationale ont été accueilles à la Villa Méditerranée, à Marseille
Les recrues de la police nationale ont été accueilles à la Villa Méditerranée, à Marseille © Radio France - Violette Artaud

Ce jeudi 1er septembre, 300 recrues de la police nationale sont arrivées à Marseille. Une semaine de formation attend les nouveaux arrivants qui seront ensuite repartis dans l'ensemble du département des Bouches-du-Rhône.

C'est la rentrée aussi pour les policiers ! Ce jeudi matin, 300 recrues de la police nationale sont arrivées à Marseille. Sagement assis dans la salle de conférence de la Villa Méditerranée, près du MuCEM, les nouveaux arrivants ont écouté durant toute la matinée les instructions de leurs supérieurs.

"Vous arrivez dans un département complexe, prioritaire et très regardé, les a prévenu le préfet des Bouches-du-Rhône. Votre mission ici est très importante et s'inscrit dans un contexte exceptionnel."

Contexte tendu

Jean-Marie Salanova, le directeur départemental de la police nationale, a lui, fait mention d'une "fonction lourde et harassante". Il est vrai que le contexte actuel reste tendu. En août, on a dénombré cinq meurtres par arme à feu dans les Bouches-du-Rhône. Sans compter les deux homicides survenus dans la nuit de mercredi à jeudi.

"À Marseille au moins, ça bouge !" - Mikaela, adjointe de sécurité

C'est justement parce que "ça bouge" que certaines recrues ont demandé leur affectation dans le département. Mikaela a tout juste 19 ans. Elle arrive de Toulon et espère trouver ici davantage d'action que dans le Var : "À Toulon, je ne traitais que des affaires de voisinage. Quand on est jeune, on a envie de découvrir d'autres choses. Je sais qu'à Marseille, ça bouge plus", s'enthousiasme la jeune fille.

"Ici c'est trafics de drogue, braquages et vols de voiture." - Maëlys, adjointe de sécurité

A ses côtés, Maëlys. Pas beaucoup plus vieille que sa collègue, Maëlys était dernièrement en poste à Alès, près de Nîmes. "Je sais que dans les Bouches-du-Rhône, je ne vais pas m'occuper des mêmes choses. Ici, c'est plus trafics de stupéfiants, braquages ou vols de voiture", indique la jeune fille.

Mais pas question de montrer une once d'appréhension pour autant. "Si l'on applique bien ce que l'on nous a appris, il n'y a pas de raison que ça se passe mal" se rassure Maëlys, sous le regard de son supérieur.

Beaucoup de jeunes recrues

Parmi les nouvelles recrues, des gardiens de la paix, des adjoints de sécurité, comme Mikaela et Maëlys, et quelques membres de la police technique et scientifique. La plupart de ces nouvelles têtes arrive d'Île-de-France et beaucoup sont majeurs depuis peu.

"Nous attendons de ses nouvelles recrues une vision énergique, nouvelle et ouverte de la profession." - Jean-Marie Salanova, directeur départemental de la police nationale.

Reportage

Partager sur :