Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

350 détenus d'Uzerche transférés après la mutinerie de ce dimanche

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

La mutinerie ce dimanche au centre de détention d'Uzerche a laissé de gros dégâts. Des dizaines de cellules sont inutilisables. Du coup de nombreux détenus doivent être transférés dans d'autres établissement pénitentiaires.

Le centre de détention d'Uzerche accueille jusque 600 détenus
Le centre de détention d'Uzerche accueille jusque 600 détenus © Radio France - Nicolas Blanzat

C'est du jamais vu. Plus de la moitié des détenus du centre de détention d'Uzerche, 560 en ce moment, sont envoyés dans d'autres prisons. La conséquence de l'importante mutinerie menée ce dimanche par une quarantaine de détenus qui avaient refusé de regagner leur cellule pour protester contre l'arrêt des parloirs en raison de la crise du coronavirus. Ils ont saccagé de nombreuses cellules, certaines ont été incendiées. 250 d'entre elles sont aujourd'hui inutilisables en l'état. Dès la nuit de dimanche à lundi, juste après la fin de la mutinerie, peu avant minuit, 80 détenus ont donc été transférés vers des établissements pénitentiaires de la région Nouvelle-Aquitaine. Et dans les heures qui viennent 270 autres partiront eux vers des établissements de toute la France.

Risque de réplique

La situation est sous contrôle ce lundi mais les tensions restent fortes. Le risque de réplique de la mutinerie est jugé très élevé. C'est pourquoi le dispositif de maintien de l'ordre de la gendarmerie sur place reste très important. Cette nuit une quarantaine de gendarmes corréziens étaient mobilisés avec des renforts mobiles de Limoges appuyés par hélicoptère. Ce lundi un escadron mobile de la gendarmerie de Bordeaux est venu également en renfort. Parallèlement une enquête est ouverte par le parquet de Tulle sur la mutinerie qui a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie de Limoges. "La réponse pénale de mon parquet sera proportionnée à la gravité des faits" précise la procureur Agnès Aubouin qui s'est rendue sur place ce lundi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu