Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

349 vies épargnées depuis la limitation à 80 km/h : pas de quoi faire bifurquer la Seine-et-Marne

-
Par , France Bleu Paris

Deux ans après l'instauration de la limitation de la vitesse à 80 km/h, 349 vies ont été épargnées, a annoncé ce lundi la déléguée interministérielle à la sécurité routière. Pas de quoi faire changer d'avis le département de Seine-et-Marne, qui rétablit les 90 km/h sur de nombreux tronçons.

Le président du département Patrick Septiers compte poursuivre le retour aux 90 km/h sur près de 500 km de routes départementales.
Le président du département Patrick Septiers compte poursuivre le retour aux 90 km/h sur près de 500 km de routes départementales. © Maxppp - Pascale DE SOUZA

La limitation de vitesse à 80km/h a épargné 349 vies depuis sa mise en oeuvre : voilà le constat dressé ce lundi 20 juillet par la déléguée interministérielle à la sécurité routière, Marie Gautier-Melleray. Un constat rendu public après deux ans d'expérimentation (la mesure était entrée en vigueur en juillet 2018) et qui - pour le gouvernement - prouve l'efficacité de la mesure...

Alors qu'en disent les présidents de départements qui ont décidé de repasser les routes départementales à 90km/h ? Ils en ont la possibilité depuis décembre 2019.  C'est le cas de la Seine-et-Marne, qui est en train de repasser presque 500 kilomètres de routes départementales à 90km/h.  Mais pour Patrick Septiers, le président (UDI) du conseil départemental, cette moyenne nationale n'a pas de sens : "Je pense que chaque département est spécifique, on ne peut pas appliquer des statistiques nationales à des opérations locales. Il y a une adaptation de terrain qui est indispensable, c'est ce que nous avons fait", estime-t-il.

Il y a des tronçons où on peut passer à 90km/h sans dégrader la sécurité. D'ailleurs, à ce jour - enfin jusqu'au confinement - nous n'avons pas constaté d'augmentation du nombre d'accidents sur ces tronçons" - Patrick Septiers, président (UDI) du conseil départemental de Seine-et-Marne.

Patrick Septiers n'a donc pas l'intention de revenir sur sa décision et d'arrêter là le retour à 90km/h sur les routes départementales sans séparateur central. "Aujourd'hui, nous restons sur cette position. Bien évidemment, il va y avoir des études puis nous ajusterons éventuellement. Mais il faut donner du temps au temps. Aujourd'hui, il est beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions", estime-t-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess