Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

4 à 5.000 festivaliers réunis à Moncel-lès-Lunéville pour une rave party sauvage

-
Par , France Bleu Sud Lorraine
Moncel-lès-Lunéville, France

Un soir du Nouvel An très agité à Moncel-lès-Lunéville. C'est sur le site industriel désaffecté de Trailor, que les organisateurs d'une rave party ont pris leur quartier dimanche 31, vers 12h, en catimini. 5.000 personnes sont attendues au plus fort de la nuit du 31 au 1er janvier.

5000 personnes sont attendues par les organisateurs de la Rave Party pour le soir du Nouvel An. La préfecture de Meurthe-et-Moselle parle quant à elle de 4000 festivaliers.
5000 personnes sont attendues par les organisateurs de la Rave Party pour le soir du Nouvel An. La préfecture de Meurthe-et-Moselle parle quant à elle de 4000 festivaliers. © Radio France - Marie Roussel

Des centaines de "raveurs" affluent d'heure en heure sur le site industriel désaffecté de l'usine Trailor, à Moncel-lès-Lunéville depuis dimanche 31 décembre. Au total, les organisateurs attendent 5.000 personnes au plus fort de la soirée du Nouvel An. La préfecture de Meurthe-et-Moselle, elle, parle plutôt de 3 à 4.000 festivaliers.

Cette rave party illégale doit se terminer lundi 1er janvier, avant 13h.
Cette rave party illégale doit se terminer lundi 1er janvier, avant 13h. © Radio France - Marie Roussel

300 premiers raveurs sont arrivés sur les lieux dimanche, à minuit, pour installer les sonos et les murs du son en catimini. Le maire de Moncel-lès-Lunéville, Vincent Vauthier, avoue avoir été un peu dépassé par les événements :

On est complètement submergé à une heure du matin. J'ai été le premier sur les lieux, comme élu. Et on se sent un peu submergé, ça a été un peu chaud cette nuit, il n'y avait pas assez de forces de l'ordre. 

Les quatre bâtiments de l'ancienne usine Trailor ont été investis.
Les quatre bâtiments de l'ancienne usine Trailor ont été investis. © Radio France - Marie Roussel

Le maire de Lunéville Jacques Lamblin s'est également rendu sur place dimanche, en début d'après-midi, pour constater l'urgence de la situation :

Il y a des centaines de véhicules, il y a déjà probablement 700 à mille festivaliers. Maintenant, il faut organiser les choses pour que cela se passe le mieux possible. Ce qu'il faut c'est qu'il n'y est pas d'accidents. Parce que là, manifestement, il y a de l'alcool et de la drogue, beaucoup plus qu'il n'en faut. On a déjà récupéré quand même cinq ou six personnes quasiment comateuses sur le trottoir".

La préfecture de Meurthe-et-Moselle a donc renforcé le nombre de policiers (déjà bien sollicités pour le Réveillon) pour surveiller cette manifestation illégale. Au total, ils sont entre 60 et 80 à être dépêchés sur le site. De plus, un poste de secours avancé est mis en place vers 16h30  selon Morgan Tanguy, le directeur de cabinet :

On est en train de monter en puissance petit à petit, avec des renforts de police déployés depuis Nancy et également une demi CRS que j'essaye de mobiliser sur le secteur."

Les teufeurs ont l'obligation de quitter les lieux avant lundi 1er janvier, 13h.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess