Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Quatre mois de prison ferme pour un Orléanais qui avait fait l'éloge des attentats de Paris

mardi 29 décembre 2015 à 20:56 Par Luc Barre, France Bleu Orléans et France Bleu

Un Orléanais de 56 ans a été condamné ce mardi à huit mois de prison dont quatre ferme, pour vol, menaces de mort, violences et surtout apologie d'un acte de terrorisme. Jeudi dernier aux Halles Châtelet à Orléans il avait déclaré attendre avec impatience de nouveaux attentats en France.

L'homme a été jugé ce mardi au tribunal correctionnel d'Orléans.
L'homme a été jugé ce mardi au tribunal correctionnel d'Orléans. © Radio France - Stéphane Barbereau - France Bleu Orléans

Orléans, France

Ce sont des mots qui passent mal en France depuis le début de l'année 2015. Un Orléanais de 56ans a été condamné à huit mois de prison dont quatre mois fermes ce mardi au Tribunal Correctionnel d'Orléans. Il a été reconnu coupable de tentative de vol, menaces de mort, violences et surtout d'avoir clairement fait l'apologie des attaques du 13 novembre dernier à Paris. Le jeudi 24 décembre au soir, lors de son interpellation par Police-Secours à Orléans, l'homme a déclaré : "j'attends avec impatience de nouveaux attentats, ceux du Bataclan étaient trop bien. Un nouveau carnage serait génial".

Les fusillades au Bataclan ont fait 90 morts, en plus des trois terroristes. - Radio France
Les fusillades au Bataclan ont fait 90 morts, en plus des trois terroristes. © Radio France - Radio France

1,30 grammes d'alcool par litre de sang.

En fait tout est parti d'une banale histoire de vol. Il est 16h45 le soir du réveillon de Noël, quand l'homme tente de dérober qautre bouteilles d'huile d'olive au magasin Storia Di Gusto, situé dans les Halles Châtelet à Orléans. Le gérant et un employé s'en aperçoivent aussitôt, ils parviennent à récupérer les bouteilles et laissent le voleur partir. Mais l'homme revient peu de temps après, il menace puis frappe le gérant au visage et tord un doigt de l'employé, qui s'en sort avec une entorse. Le commerçant appelle alors la police, et c'est lors de son arrestation qu'il a donc clamé son intérêt pour les attentats du mois dernier.

Il n'a pourtant pas, a priori, le profil d'un islamiste. Il n'est ni converti, ni en voie de radicalisation. L'alcool explique sans doute davantage son attitude, il avait 1,3 gramme d'alcool par litre de sang. Son casier judiciaire également est chargé : condamné pour homicide involontaire lors d'un accident de la route en 2004, et plus récemment en 2013, pour des violences conjugales sous l'emprise de l'alcool.

"J'aime l'humour noir"

Lors de l'audience ce mardi, l'homme a semblé très stressé et confus. Il se décrit lui-même comme dépressif, bipolaire et sous médicaments depuis 15ans. Il reconnait avoir dit au gérant du magasin "je vais te tuer, je vais t'arracher la tête". Par contre pour ce qui concerne ses paroles sur le terrorisme, il met cela sur le compte de la plaisanterie. "J'aime l'humour noir, j'ai un humour qui n'est pas très classique, affirme-t-il. Avant d'ajouter : pour autant je n'ai aucune sympathie pour ces gens-là, ces actes sont horribles, je regrette ce que j'ai dit". 

"Ni un nazi, ni un islamo-fasciste"

Dans son réquisitoire, la Procureure a rappelé le contexte particulier de l'état d'urgence et elle a précisé que "l’alcool n'est pas une cause d'irresponsabilité". Elle a demandé dix mois de prison dont quatre ferme à l'encontre du prévenu, ainsi qu'une obligation de soins. L'avocat de ce dernier a expliqué que son client est "un français lambda, ni un nazi, ni un islamo-fasciste". Surtout, selon-lui l’apologie publique de terrorisme était irrecevable, car les mots ont été prononcés en privé, dans le local des vigiles. Sa plaidoirie a visiblement été entendue, puisque le tribunal s'est montré plus clément que la Procureure.

Résumé de l'audience par France Bleu Orléans

Retour sur l'audience qui a eu lieu mardi après-midi en comparution immédiate.

Quatre mois de prison ferme, mais pas de retour en prison pour le prévenu. Il doit prochainement rencontrer un juge d’application des peines, afin d'aménager sa condamnation. A noter que les 2 victimes, le gérant et l'employé du magasin, n'étaient pas présente lors de l'audience.