Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quatre mois de prison avec sursis pour acte de cruauté sur un labrador à Agde

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Un maçon Agathois a été condamné à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal de Béziers pour avoir ligoté et jeté sa chienne dans le canal du Midi. Une peine jugée bien trop légère par des associations de défense des animaux qui espéraient une interdiction à vie de détenir un animal.

Le tribunal de Béziers en mode crise sanitaire
Le tribunal de Béziers en mode crise sanitaire © Radio France - Stéfane Pocher

Un Agathois était poursuivi ce mercredi 13 mai 2020 devant le tribunal de Béziers pour acte de cruauté envers un animal domestique. Cet homme de 48 ans a tenté de noyer un labrador dans le canal du Midi en mars 2019. 

L'animal, surnommé Daisy, avait été drogué de trois tablettes de cachets de somnifère avant d'être jeté dans l'eau froide sans avoir été lesté au préalable. Ses pattes avaient été attachées avec du scotch noir. Mais au contact de l'eau la bête s'est réveillée avant de se débattre et attirer l'attention de passants.

Le prévenu risquait jusqu'à deux ans de prison

Ce quadragénaire a été reconnu coupable de sévices graves. Le tribunal de Béziers l'a condamné à quatre mois de prison avec sursis simple, interdiction de posséder un animal pendant cinq ans et obligation d'indemniser les parties civiles. 

Le tribunal est allé au-delà du réquisitoire du parquet qui réclamait quatre mois de prison avec sursis et une interdiction de posséder un animal pendant trois ans.

Ce jugement, jugé trop léger, est dénoncé par plusieurs associations de défense d'animaux qui espéraient une interdiction à vie de détenir une bête. Cet Agathois encourait jusqu'à deux ans de prison.

Reportage France Bleu Hérault

Neuf associations de défense d'animaux se sont portées partie civile dont la SPA, 30 millions d'amis ou encore la fondation Brigitte Bardot.

''Le réquisitoire du parquet est étonnant'' dixit Patrice Grillon, avocat de la SNDA (société nationale pour la défense des animaux) et l'association L'association Stéphane Lamar

Daisy perdait ses poils et c'était insupportable 

L'animal appartenait au fils de ce maçon, sans casier judiciaire et absent à la barre le jour de son procès. Plutôt que de le confier à une association, le chien avait été jeté dans l'eau au seul prétexte qu'il perdait ses poils.

L'animal avait été sorti de l'eau par un cycliste témoin de la scène. Mais le propriétaire, encore pas bien loin sur la berge, est finalement revenu sur les lieux avant de repartir avec le chien. Il s'est alors fait passer pour un témoin en proposant de déposer l'animal chez un vétérinaire. 

Une enquête très minutieuse de la Spa a permis de remonter jusqu'au propriétaire trois jours après cet acte de lâcheté.

L'affaire devait initialement être jugée en CRPC (comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité). Le ministère public avait réclamé 60 heures d'intérêt général. Mais finalement, le président de l'audience a refusé de se prononcer, estimant que l'affaire devait être correctionnalisée.

Daisy a aujourd'hui trouvé une autre famille. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu